accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Marie de Marcillac »

dimanche, 23 octobre 2005

Marie de Marcillac

Marie de Marcillac n'avoue pas, mais elle parle.

Elle peut quarante fois vous raconter qu'un melon fut important pour elle, vous n'avancerez carrément pas dans la voie noire qu'elle vous propose, elle si blanche. Vous n'aurez pas la clef. Marie de Marcillac est une dérobade évidente. Sa présence est une absence concertée. Son absence une présence singulière. Ses choix, toujours renversés, mais chaque fois définitifs pendant un quart heure, interrogent sur la possibilité même du choix.

Si les hommes naissent, selon certains, de choux, Marie de Marcillac naît sans cesse d'une succession indéfinie de choix.

Des films d'Eric Rhomer procèdent sans cesse de Marie de Marcillac. Probablement-a- t-elle inventé Eric Rohmer, avant de naître. Elle joue dans tous ses films, et particuliètrement dans ceux qu'il n'a pas encore faits, et qu'il devra faire, même s'il meurt, Marie de Marcillac étant, et la mort n'étant pas une excuse.

Marie de Marcillac est merveilleuse. On n'y peut rien. Toute tentative pour médire d'elle échoue. Se fait-elle photographier aux côtés de Sébastien Lespinasse et de vaches pour une affiche agricole, de droite, franchouillarde, malgré ses avantages, elle se délivre de l'icône. Qui veut lui rendre un culte, la couvrir de pierres, ou de prières, est renvoyé.

De Marie de Marcillac on parle. On parle perpétuellement. On ne sait rien. On se répète qu'elle s'appelle Marie de Marcillac.

Camille Amadeus Colombetto | Voir l'article : Marie de Marcillac 13:25 dans Portraits

2 commentaires apparurent (en écrire un autre ?)

  • 1.

    le dimanche 4 décembre 2005, à 12:18, Marie écrivait :


    Colombetto,


    Je n'ai pas fini les Mémoires du C.de Retz. Mais sur l'une des pages de droite,213 on peut lire:

    "Le mélange d'écharpes bleues, de dames, de cuirasses, de dames, de violons, qui étaient dans la salle, de trompettes qui
    étaient dans la place, donnait un spectacle qui se voit plus souvent qu'ailleurs. Noirmoitier, qui était grand amateur de l'Astrée me dit:
    "Je m'imagine que nous sommes assiégés de Marcilli. -Vous avez raison, lui dis-je: Madame de Longuevile est aussi belle que Galathée, mais Marcillac n'est pas si honnête homme que Lindamor."


    Je ne dis rien.

  • 2.

    le lundi 5 décembre 2005, à 06:02, Pat écrivait :

    Ceci est vrai mais la citation est tronquée.
    Le texte dit : "mais Marcillac (M. de La Rochefoucauld le père n'était pas encore mort) n'est pas si honnête que Lindamor".

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.