accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Catherine Aira »

lundi, 9 janvier 2006

Catherine Aira

Catherine Aira en veut.

Elle en veut. A coup de crâne, d'oeil, de sein, d'intelligence, elle chahute mous et durs. Elle est un verbe d'action incarné.

Cette rousse crée le terrain de ses actes. Elle ne fait pas dans la dentelle. Elle est tant femme qu'elle en est homme. Elle fait donc dans la dentelle. Elle est comme moi.

D'ailleurs, elle me veut. J'ai peur. Comment vivre sans qu'elle me veuille ? Elle veut tant tout ! Dès qu'elle trouve sujet à cinéma, elle attaque. Avec mes carrés, mon quarante, mes clefs, mon noir, elle me traque. Elle lâche sur moi la meute de ses yeux.

Cette femme trappeur, dans les terrains de son portrait, me force. Elle me tend ici même filets et miroirs. Son coup de maître est d'être à mon oeil, quand je crois la voir, mon espionne.

Je la soupçonne d'être moi. Elle porte toujours des trucs carrés. Elle ne perd pas ses clefs car hantent son crâne force portes à ouvrir.

Je la dénoncerais volontiers, au coq, comme l'aube. Puisqu'elle est rousse, tous les Judas me croiront, mais elle a déjà filmé ma dénonciation, et les flics me tiennent sous clef quarante siècles au carré noir.

Parfois, elle paraît quand je me tape un petit noir sur le comptoir du Quarante, et elle trafique les clefs de mon âme noire carrément dans mes oeuvres. Comment faire le portrait de Catherine Aira sans faire le sien, et qu'elle troque ? Même Chateaubriand y a été pris, lui qui croyait fixer pour l'Eternité, un crucifix en main, Léontine de Villeneuve. Il y employa même un cinéaste pour tout bien magnifiquement momifier vif. Mais le voici vu voir voyant voyou, ostensible truqueur rétroviseur, dans l'oeil retourné de deux diables. On n'y comprend rien. On verra ça à la télévision !

Ne changeons pas de sujet : Catherine Aira est à l'heure. Elle a sa carte d'ogre dans la poche. Elle dévore les magies. Elle aime éclater les corps en mille os brisés. Elle veut d'eux. C'est l'aire d'avenir.

Camille Amadeus Colombetto | Voir l'article : Catherine Aira 16:11 dans Portraits

7 commentaires apparurent (en écrire un autre ?)

  • 1.

    le jeudi 12 janvier 2006, à 10:27, un improbable auteur écrivait :

    Et je me permet d’ajouter à ce glorieux portrait d'Aïra la rousse, aux couleurs automnales, qui par sa volupté nous rappelle les fruits de saison, ces baies suaves …. Mais rappelons le, Aïra Catherine ( qu’ AC représentera, la nommer c’est assez) ne tourne pas rond ! C’est effectivement quelqu’un de droit et de carré. A qui il peut arriver de couper les cheveux en 4 mais c’est, concédons le, car elle n’a pas peur de s’y mettre, en 4, quand le besoin artistique se fait sentir. D’elle tant de chose à dire, c’est Dolto, c’est Danton, accompagnée des son trinôme d’associés, elle annihile toute discrimination. On peut le dire d’AC, c’est une baie, elle est carré et, sans aucune discrimination, elle se met en quatre, on a bien delta = b² - 4 ac.

  • 2.

    le jeudi 12 janvier 2006, à 12:14, Emmanuel Riboulet-Deyris écrivait :

    Improbable auteur!

    Vous suggérez qu'A.C. est discriminante? Qu'elle discrimine ses racines ? Et b dans tout CA ?

  • 3.

    le jeudi 12 janvier 2006, à 12:41, Julien écrivait :

    C'était du 2eme degré, ça va de soi, car la dire discriminante serait un crime !
    Et le crime, tout comme le logarithme, ne paie rien.

  • 4.

    le jeudi 12 janvier 2006, à 18:00, Emmanuel Riboulet-Deyris écrivait :

    Oui!

    Il faut arrêter le AC au crime de la discrimination.

    Quant au châtiment, il logarithme.

  • 5.

    le samedi 25 mars 2006, à 14:49, un improbable auteur écrivait :

    vilaine et méchante...tout pour elle!
    tu devrais ecrire l'histoire d'une sorcière, tu jouerais le role principal biensur, il te manque que la pustule sur le nez mais avec un peu de mayo c'est bon ..

  • 6.

    le samedi 25 mars 2006, à 15:10, max écrivait :

    c'est la plus belle et la plus intelligente

  • 7.

    le mercredi 31 mai 2006, à 01:37, un improbable auteur écrivait :

    pouf pouf une petite cochonne pendue au plafond ...

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.