accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Vanessa Dolmen : la preuve par les poubelles »

lundi, 18 septembre 2006

Vanessa Dolmen : la preuve par les poubelles

Les poubelles parlent. Comment en douter ?

A Alquezar, finissant un voyage en Espagne, où nous avions cherché cupules et dolmens, nous avions nos chaussures trempées. Nous avions marché dans les canyons de la Sierra de Guara, et notre plaisir principal avait été de faire floc floc dans l'eau.

Or, les chaussures trempées salissent les voitures. Que faire ?

Ce matin, là, nous devions rentrer en France. Nos chaussures dégoulinaient d'eau. J'ai décidé d'aller vers une poubelle.

Mon plan était d'y trouver quelques vieux journaux, pour les placer sous les chaussures.

Les poubelles du camping, bonnes filles, m'ont ouvert leurs larges bouches, et j'y ai trouvé, heureux, quelques journaux, dont un journal français de l'Ouest. Avec quelle satisfaction n'ai-je pas employé ces journaux pour protéger l'arrière de la 306 Peugeot que nous avions louée ? Je ne saurais le dire.

Nous étions avides de connaissances. Depuis deux semaines, nous avions constaté que les Espagnols parlaient espagnol, contrairement à nous. La radio nous était incompréhensible. Nous manquions de nouvelles fraîches. Depuis tant de jours, nous ne savions rien des actions de Douste-Blazy. Nous ignorions les dernières méditations sur le Coup de boule. Nous ne savions pas à quel degré d'effondrement en était le monde.

Sébastien Lespinasse, qui était peut-être le plus avide d'entre nous, s'empara du journal en français. Il voulait s'imbiber de nouvelles un peu fraîches, car issues de la poubelle, avant même de pouvoir (à la frontière) recevoir les bienfaisantes ondes de France-Info.

Donc, tandis que nous commencions à rouler vers la Mère-Patrie, il lisait.

Inès Guittard et moi regardions le paysage. La Sierra de Guara, ce matin là, était sublime.

Mais Sébastien Lespinasse lisait le journal en français. Il avait raison.

Soudain, en effet, il cria.

Ce cri était de bonheur.

Regardez. Regardez. lança-t-il, manquant presque faire chavirer la voiture dans les canyons profonds et redoutables.

Le danger était peu de chose. La mort valait la peine d'être vécue en cette affaire. Ce que nous montrait Sébastien Lespinasse était en effet incroyable. Un article sur Vanessa Dolmen.

Nous ignorions tout, à cette heure, de Vanessa Dolmen.

Tout.

Mais son nom suffisait : Vanessa Dolmen .

Nous, les chercheurs de dolmens, nous qui avions franchi les sierras pour voir quelques pierres les unes sur les autres : ce nom sortait, pour nous, des poubelles.

Et Vanessa ouvrait ce nom. Vanessa, pas vanitas vanitatis...

Nous songions à Vanessa Demouy, l'immortelle actrice de Coeur Caraïbe, celle qui va bientôt se produire à l'Union, près de Toulouse, celle en qui, autrefois nous avions mis tout notre espoir d'échapper à l'obsession de Vanessa Paradis. Vanessa, notre enfer mouillé, en qui notre oui ne nie pas.

Et voilà venant à nous, lascive et avenante, Vanessa Dolmen, notre Dame la noire, notre Daurade d'espérance.

Tous nos chemins menaient à elle. Elle se composait vers nous, telle une étoile. Nous avions ouvert notre voyage par Lourdes. Nous avions marché sur des routes de Compostelle. Et le voyage, grâce aux poubelles, se formulait en Vanessa Dolmen. Amen.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Vanessa Dolmen : la preuve par les poubelles 20:45 dans Coïncidences

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.