accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Tas et cabinet de curiosités »

jeudi, 30 novembre 2006

Tas et cabinet de curiosités

J'ai passé une partie de mon enfance dans les cabinets de curiosités d'érudits locaux, fantasques, passablement pervers, et savants, qui pouvaient être vieux curés, ou bien ancien libraire handicapé, paléontologue et lettré, un certain monsieur Deltour, dont le nom, bien venu, réunissait autour de lui, les curieux curieux, dont moi, à Saint Affrique, cité admirablement négligée du Sud Aveyron.

Dans ces cabinets de curiosités, j'ai été initié sans le savoir à la haine du tas.

Le tas est l'anti-cabinet de curiosités. Inutile d'en rajouter. Le tas s'étale.

Bruno Guittard parfois m'invite à Larressingle dans son cabinet de curiosités, peuplé de clous, de crânes, de pierres, de toiles et de ficelles. On y rencontre aussi des livres, et de bien étranges choses. A l'Union, banlieue à villas de Toulouse, pourtant peu propice, Daniel Boudre habite un étrange antre où s'abouchent les mondes. Parmi les os, les plumes, les terres, et les bois, il y a chez lui un bout de Notre Dame de Paris... Un jour, sur une scène, j'ai organisé la rencontre de ce bout avec un bout de Bordeaux qui habitait alors ma cave... Chez mes amis, le tas est hors sujet. Il s'étale autour.

Le tas tend désormais à s'emparer des vieux musées d'histoire naturelle, modèle collectif enchanteur des cabinets de curiosités, tels qu'ils ont pu survivre et se refaire, un moment, tant que l'impératif de l'art ne fut pas infligé partout.

Longtemps, les musées d'histoire naturelle ont été préservés de l'art. On s'y aventurait aux risques du désir.

L'Astrée publiera d'abondants rapports sur les magnifiques musées subsistants de Nimes, de Luchon, ou de Rabastens. Que soient maudits les rénovateurs des Muséums d'histoire naturelle ! Redoutons tout des désastres qui menacent Tervuren, près de Bruxelles. En rendant le musée d'histoire naturelle sympa, interactif, ses réformateurs le rapprochent du tas. Il devient, par eux, hypermarché séducteur des choses. Il est même joli. On y excite par écrans tactiles aux désirs. Adieu les cabinets publics de curiosités, ces monstres logiques, ces foutoirs apparents, secrets et secrétant, comme Tintin, l'imaginaire obscur en acte d'aventures.

Les cabinets de curiosités sont une ancienne chose, du temps d'avant le tas, toujours totalitaire, et d'avant les cabinets d'amateurs, qui y préparent déjà.

Le site Curiositas.org en dit mots et montre gravures.

Vivat Curiositas.org.

Ce site informe des sujets s'élaborant par les curiosités du réel. Il introduit, sans le savoir, à lastrée.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Tas et cabinet de curiosités 23:37 dans L'époque

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.