accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Cardan sur la table »

vendredi, 8 décembre 2006

Cardan sur la table

A la seconde page des Etats et Empires de la Lune, sur une table, un Cardan apparaît.

Le propriétaire de la table vient de rentrer chez lui après avoir entendu trois avis sur la nature de la lune. Ce serait d'abord une lucarne du ciel par où l'on voit le séjour des bienheureux. Ce serait ensuite une table où Diane fait le repassage d'Apollon. Ce serait enfin un trou par où le soleil nous regarde. Avis chrétien, avis païen, avis - si l'on veut - mondain. Selon ce dernier, le soleil est une personne qui s'intéresse à notre monde. Selon le second, les mythes grécolatins seraient vrais. Pour le premier, la tradition religieuse chrétienne vaut explication physique du monde. Voilà vanité anthropocentrique, illusion de culture antique, et conservatisme théologique, le tout se combinant... Les diseurs de ces avis rient quand le propriétaire de la table, s'appuyant de savants anciens et modernes, risque une thèse et une hypothèse qu'un contemporain de la Nasa confirmerait en partie : la Lune est un monde comme celui-ci à qui celui-ci sert peut-être de lune. En tenant compte de ce qu'il voit, de ce qu'il a lu, sans mythes ou vanité, ce propriétaire de table met en mouvement son esprit. Au risque éminent du burlesque, il peut enfanter du neuf.

Cette pensée dont la hardiesse biaisait en mon humeur, affermie par la contradiction, se plongea si profondément chez moi que, pendant tout le reste du chemin, je restai gros de mille définitions de lune, dont je ne pouvais acoucher; et à force d'appuyer cette créance burlesque par des raisonnements sérieux, je me persuadai quasi ; mais écoute lecteur le miracle ou l'accident dont la Providence ou la Fortune se servit pour me le confirmer.

Beau passage de sagesse active : la contradiction affermit, plonge au fond de soi, engrosse magnifiquement, mais, pour que naisse l'acte de connaissance, il faut une étonnante rencontre, un miracle, ou, peut-être, un accident, quelque événement qui advienne, et traverse heureusement le travail du désir. Cyrano de Bergerac suspend le choix des termes, et des options métaphysiques. Miracle, ou accident ? Fortune ou Providence ? Nous parlerions volontiers de coïncidence.... Mais laissons parler la fiction.

Qu'advient-il ?

Un Cardan apparaît sur la table, ouvert en un sidérant endroit.

C'est un livre de Gerolamo Cardano, De Subtilitate, qui comporte 21 chapitres et parle quasi de tout, puisqu'il évoque ce qui est subtil, difficile à penser, presque insaisissable. C'est une vaste recension, dont les 21 chapitres sont peut-être emblématiques des cartes du Tarot.

Ce Gerolamo Cardano, mort en 1576, était louche en matière de religion. L'Inquisition le poursuivit. Elle le suspectait, malgré son livre, d'athéisme, ou de croyances fumeuses.

Sur la table du livre de Cyrano, qui n'est pas tabula rasa, le De Subtilitate est ouvert au chapitre dix-neuf, celui des anges. Cela, précisément, Cyrano, ne le dit pas. Voilà ce qu'il dit, et par quoi on remonte au dix neuf :

J'étais à peine entré dans ma chambre quand sur ma table je trouvai un livre ouvert que je n'y avais point mis. C'était les oeuvres de Cardan, et quoique je n'eusse pas dessein d'y lire, je tombai de la vue, comme par force, justement dans une histoire que raconte ce philosophe : il écrit qu'étudiant un soir à la chandelle, il aperçut entrer, à travers les portes fermées de sa chambre, deux grands vieillards lesquels, après beaucoup d'interrogations qu'il leur fit, répondirent qu'ils étaient habitants de la Lune et, cela dit, disparurent. Je demeurai si surpris, tant de voir un livre qui s'était apporté là tout seul, que du temps et de la feuille où il s'était rencontré ouvert, que je pris toute cette enchaînure d'incidents pour une inspiration de Dieu qui me poussait à faire connaître aux hommes que la Lune est un monde.

Quoi ! Disais-je en moi-même, après avoir tout aujourd'hui parlé d'une chose, un livre, qui peut-être est le seul au monde où cette matière se traite, voler de ma bibliothèque sur ma table, devenir capable de raison, pour s'ouvrir justement à l'endroit d'une aventure si merveilleuse et fournir en suite à ma fantaisie les réflexions et à ma volonté les desseins que je fais !... Sans doute, continuais-je, les deux vieillards qui apparurent à ce grand homme sont ceux-là même qui ont dérangé mon livre, et qui l'ont ouvert sur cette page pour s'épargner la peine de me faire cette harangue qu'ils ont faite à Cardan. Mais ajoutais-je, je ne saurais m'éclaircir de ce doute, si je ne monte jusque-là ?

- Et pourquoi non ? Me répondais-je aussitôt.

- Prométhée fut bien autrefois au ciel dérober du feu.

Le propriétaire de la table entreprend alors, par belle invention, de monter jusque dans la Lune.

En ce texte, tous les détails comptent. C'est un vrai vieux dit neuf. Nous n'en finirons pas de le lire. L'aventure d' Astrée y sent son modèle.

Que Jules Verne même vienne en ce cas par Ardan, Nadar retourné.

Que la Lune de La Fontaine nous serve de guide.

Plongeons aux anges sur la tabula non rasa !

A suivre.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Cardan sur la table 20:58 dans

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.