accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« La voie des Vénus lascives I »

mercredi, 6 décembre 2006

La voie des Vénus lascives I

Le 25 novembre 2006, deux aventuriers gonflèrent leur canot au bord de l'Aveyron.

C'était leur nouveau bateau gonflable, un KCC 335 Sevylor. Il succédait au fameux Sea Tiger, véhicule de multiples aventures, jamais décevantes, mais heureusement catastrophiques.

Cette fois, les aventuriers d'Astrée disposaient d'un matériel censé leur éviter tout désastre.

Ils avaient décidé d'embarquer pour inagurer leur bateau, fils de force vieux rêves, et tenter d'atteindre, par voie de rivière, la Grotte de la Magdeleine, inconnue d'eux, et que signalait leur carte.

Il était absurde de vouloir naviguer en canot gonflable fin novembre. La solitude était profonde, s'étendant partout à la ronde. Pas une femme.

Le canot donna bonheur aux deux aventuriers. Malgré leurs maladresses, il fendit vif l'Aveyron, les menant, après divers détours, à l'autre rive.

Tout vrai poète sait que le réel, comme le rêve, débute à l'autre rive.

Pour nos aventuriers, débarquer fut difficile. L'arbre auquel ils tentèrent de s'arrimer pour monter vers la falaise, s'effondra, et ils glissèrent dans la boue. Il surent s'en démêler, et, laisant leur canot sous le couvert des branches, ils s'enfoncèrent dans les buissons.

La falaise au dessus d'eux était percée d'entrées attirantes. L'une d'elles, haut et bien formée émut leur désir, mais, ils ne purent l'atteindre, et durent, poursuivre, dans les buissons, à même la falaise, une pénétration aveyronnaise.

Ils repérèrent une nouvelle grotte, dont une grille bloquait l'entrée. Un panneau interdisait ce lieu qui servait l'adduction d'eau. Ce trou à tuyaux, était-ce la grotte de la Magdeleine ? Les deux aventuriers ne pouvaient se prononcer, ayant oublié leur carte sur l'autre rive.

Parmi les buissons, devant de vieux bâtiments plus ou moins ruinés, une femme apparut. Connaissait-elle la grotte de la Magdeleine ? Oui, dit-elle, dans un français matiné d'anglais. Elle est un peu plus haut. C'est une grotte préhistorique; Vous ne pourrez pas y entrer. Elle contient des engravements très belles de femmes nues. Plusieurs femmes nues.

Les deux aventuriers étaient bouleversés. Jamais ils n'avaient imaginé aborder près d'une grotte préhistorique. Qui était cette femme parmi lee buissons, sur la rive de la rivière Aveyron, comme en un rêve ?  Je suis Anne, leur dit-elle, et j'appartiens au Dandelion trust. La maison en ruines, qui remonte aux Templiers, est à nous, ainsi que les bois avec la grotte.

- What's Dandelion trust ?

Anne disparut dans sa maison d'où elle ramena un petit dépliant : Dandelion trust pouvait se traduire par la fondation du pissenlit, comme l'attestait une photo de cette fleur sur la couverture. Dandelion Trust héberge des personnes blessées par la vie. Il les accueille dans des lieux de paix, tels ces bords de l'Aveyron.

Sur le dépliant d'Anne, les deux aventuriers voyaient paraître des allusions aux druides, à de belles spiritualité. Ils flairaient le mystère.

Comment avaient-ils pu rencontrer la Fondation du Pissenlit ?

La grotte aux femmes nues habitait déjà leurs âmes. Peut-on la visiter, cette grotte, voir les gravures si belles ?

Oui, répondit Anne. Oui. C'est nous qui la faisons visiter, parfois.

- Et quand ?

- Quand vous voulez.

Anne s'amusait visiblement à regarder les deux Bouvard et Pécuchet débarqués de leur canot avec leurs branches aux pantalons, et leurs godasses.

- Aujourd'hui ?

-Si vous voulez.

Les deux aventuriers convinrent de visiter la grotte, vers trois heures. Ils se replièrent vers leur canot, naviguèrent sur l'Aveyron, virent les envols d'oiseaux, les arbres aux feuilles jaunes, les rapides de la chaussée du moulin, et débarquèrent. A Bruniquel, ils s'engouffrèrent dans un restaurant de chasseurs. Personne n'avait visité la grotte de la Magdeleine. On savait qu'elle était entre les mains d'anglais, peut-être une secte... En avalant du sanglier, les deux avrenturier se demandaient si Anne ne le entraînait vers quelque dédale. Peut-être cette étonnante Ariane les dévorerait-elle dans les profondeurs... L'incertitude les exaltait. Ils désiraient de toute leur âme rencontrer les corps nus sur la pierre.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : La voie des Vénus lascives I 17:27 dans Coïncidences , Méthodes

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.