accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Les êtres verts du Marathon »

vendredi, 15 juin 2007

Les êtres verts du Marathon

Hier soir, alors que je sortais d'une séance de l' Académie à Toulouse, je vis quelques êtres verts.

Ils étaient dans la cour avec d'autres êtres.

L'Académie venait d'entendre une conférence sur le langage des animaux. Son auteur nous avait montré comment communiquent les crocodiles, les fourmis, les poissons, les escargots, les cigales, les dauphins et les araignées. Ils nous avait parlé phéromones, organe de Jacobson, et glande tergale. Il nous avait annoncé que l'escargot est l'animal le plus silencieux du monde. Il nous avait aussi finalement récité un poème de sa composition, visant à rappeler que l'odeur des dessous de bras males pouvait écologiquement exciter l'ardeur féminine à copuler. L'Académie l'avait félicité pour son art du discours, son savoir, et sa hauteur de vues.

Fort de ces considérations sur ceux qui parlent sans les mots, naviguant entre fascination pour la bêtise et délectation pour les sciences naturelles, je descendis dans la cour. C'est là qu'apparurent les êtres en vert.

Ils portaient une chemise d'un vert vif, strictement analogue à celle que l'on m'infligeait, enfant, quand je devais, pour quelques heures par semaine de sport obligatoire, être pitre sur un terrain. Seulement, en lieu et place du numéro dont s'adornent souvent les sportifs, on pouvait lire : Marathon des mots.

C'était le Marathon des mots, et son langage.

Ce Marathon était effectivement dans l'Hôtel d'Assezat. Des individus transportaient des fils et des projecteurs. D'autres étaient attablés dans un coin. Les êtres en vert couraient.

Le Marathon des mots est puissant, presque autant que l' Anolésimus eximus qui, en Guyane, étend immensément sa toile.

Soudain s'éleva une voix de femme : Yves Le Pestipon.

Une voix sympathique, une voix chaleureuse.

Je vis s'avancer vers moi, radieuse, une écrivaine toulousaine.

- Yves Le Pestipon que fais-tu là ?

Elle tendait vers moi les antennes de la plus grande sympathie.

- Je sors de l'Académie, dis-je, bougon comme un escargot.

- Je suis au Marathon des mots, m'annonça-t-elle, étalant sa gloire.

- Je hais le Marathon des mots, dis-je avec l'air d'une fourmi activant sa glande à poison.

- On ne peut pas le haïr, puisque j'y suis. C'est bien le Marathon.

- Mais regarde ces hommes en vert. Regarde ce vert, dis-je en tentant presque une danse frétillante comme les abeilles.

L'écrivaine ne regarda pas. Elle ne vit pas. Je m'enfuis, méditant sur cette logique neuve : c'est bien parce que j'y suis. La présence de mon être garantit la valeur de la chose. Artiste, je suis la marque du prix. Je suis, donc je donne valeur.

Comment échanger langage avec de tels êtres ? Quelles phéromones leur adresser ?

Je ruminais en mon crâne les conséquences infinies de cette vanité du jour. Je sentais combien il était idiot de lutter contre l'étal actuel de l'art, et je songeais nostalgiquement aux photos de grenouilles vertes que nous avait projetées le poète des odeurs d'aisselles.

Un moment plus tard, je me rendis en autre lieu pour constater l'état du pied de Jean-Luc Moudenc. Il faut traverser la vie jusqu'à l'os.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Les êtres verts  du Marathon 10:39 dans L'époque

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.