accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Babyland »

samedi, 1 décembre 2007

Babyland

Laissez les enfants venir à moi et ne les empêchez pas. En effet, c’est à leurs semblables qu’est le règne des cieux. Marc 10,14

Cette parole de Jésus que nous reprenons souvent dans nos liturgies de baptême peut conduire aujourd’hui à un très grand malentendu.

L’enfant n’est pas ici le modèle de l’innocence ou de la fraîcheur mais bien la figure de celui qui vient à Jésus dans son incomplétude. En se rappelant le statut de l’enfant dans la société juive du 1er siècle, nous pourrions même ajouter qu’il est la figure de celui qui vient à Jésus dans son inutilité. Seul celui qui se reconnaît enfant, c’est-à-dire ignorant ou imparfait est à même d’accueillir et d’entrer dans le règne des cieux.

« Devenez comme un enfant » dans la bouche de Jésus est un appel à la disponibilité, la confiance, certainement pas un appel à retomber dans la pureté supposée de l’enfance. C’est précisément en sortant de l’infantile que je peux parvenir à l’esprit d’enfance.

L’infantile se définit par la recherche de la toute puissance, de la toute jouissance, de l’immédiateté. A l’inverse, l’esprit d’enfance se définit par une grande humilité et une acceptation de ses limites.

Ayant posé cette distinction essentielle, nous avons alors à dénoncer l’un des traits les plus effrayants de notre époque : l’infantilisation généralisée.

A Toulouse, du côté de la rue Alsace Lorraine, allez y voir. Du mobilier urbain aux couleurs « Fisher Price », des cubes, des colonnes, des tourniquets, de nombreuses photographies de jeunes toulousains…

N’oublions pas les agents d’ambiance vêtus de rose qui parcourent à roller la rue et « répondent aux questions que peuvent se poser les toulousains » précise le journal « Capitole Infos ». Espérons en effet que des toulousains se poseront des questions faisant naufrage sur l’île aux enfants.

Le mot d’ordre avait été lancé par le grand concepteur et nous ne nous sommes pas méfiés « il faut transformer la ville en un espace convivial, ludique, sympa, festif. ».

« Aucune civilisation, avant la nôtre, n’avait osé définir ses villes comme des terrains de jeu » a écrit avant sa mort le méchant prophète Philippe Muray.

Aujourd’hui, nous assistons partout à cet effondrement de l’histoire et il semble même que nous soyons condamnés à vivre dans ces nouvelles babylones.

Alors par pitié, ne faisons pas du règne des cieux un autre « Babyland ».

Pasteur Jean-Pierre Nizet 

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Babyland 21:22 dans L'époque

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.