accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« L'enfant roi au Muséum »

samedi, 22 décembre 2007

L'enfant roi au Muséum

Après de longs travaux, le Muséum d'Histoire naturelle de Toulouse va bientôt réouvrir.

Selon Capitole Info, ce sera le lieu de l'enfant-roi.

Selon Toulouse culture, tout y est prévu pour l'enfant d'abord.

Quoi de mieux ?

Quand j'étais enfant, je fréquentais ce Muséum qui n'était pas prévu pour moi, ni pour mes pareils.

D'interminables collections d'oiseaux empaillés s'empoussiéraient sans me sourire. Une gaveuse d'oie en plâtre enfonçait ses grains dans un long cou, mais ne clignotait pas. Des milliers de silex taillés négligeaient d'être interactifs, et leurs étiquettes jaunies étaient généralement peu lisibles. Des chats momifiés occupaient l'ombre sous des osiers et des poteries. Des nids, de gros poissons mous ou secs, des masques, des indigènes en plâtre, un éléphant, un squelette de baleine, des fluorines n'émettaient aucune chanson vers moi. Nulle couleur gaie. Pas un seul clin d'oeil. Jamais d'écran tactile. J'aurais dû fuir.

J'ai aimé le Muséum tel quel, obscur, sale, oeuvre d'un ordre que je ne comprenais pas, et me refusant des sourires complices. J'ai aimé son obscène discrétion d'être son étre, sans charmant commentaire. J'adorais la salle sale des poissons qui ne me cucufiaient pas. J'appréciais que les étiquettes, parfois, ne fussent pas exactement à leur juste place, et, vraiment souverain, de protester auprès des gardiens neutres.

Mes parents ne m'expliquaient rien. J'avançais chaque fois dans le dédale d'un savoir visible qui n'était pas fait pour moi. J'y inventais mon chemin. Je m'initiais. Je découvrais lentement l'existence par la mort ordonnée sur d'immenses étagères. Je me secrétais sujet comme les araignées leur toile.

Quelques Musées d'Histoire Naturelle persistent. A Nîmes, à Rabastens, à Luchon, ou dans certaines parties du Musée de Tervuren à Bruxelles, on goûte encore l'ordre des collections. On s'y sent pousser la mèche de Tintin.

Il m'est arrivé d'y accompagner quelques enfants. Ils n'étaient pas les rois. Ils rencontraient des mondes. Ils existaient.

L'esprit d'enfance n'est pas l'infantilisation, comme le rappelle volontiers le pasteur Jean-Pierre Nizet. Le poète avance ses yeux vifs parmi les forêts de symboles. Il ne comprend presque rien, mais il se tend de désir, et entend. On ne clignote pas vers lui. Il s'enfonce, comme Ulysse, parmi des présences dont l'énigme l'accroît.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : L'enfant roi au Muséum 15:38 dans L'époque

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.