accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Pinéliser encore et toujours »

dimanche, 30 décembre 2007

Pinéliser encore et toujours

Le monde n'en finit pas. Sa pinélisation également.

D'aucuns ont pu croire qu'il fallait cesser. Des femmes, surtout, après un bon mouvement, quand elles eurent repéré les véritables traits de la pinélisation, ont renoncé, mais cet acte n'appartient pas aux ventres convenus.

Pour pinéliser, il faut terre de la Place Marius Pinel, indifférence au ridicule, générosité et refus choisi du nihilisme. Ces quatre points sont nécessaires.

Beaucoup d'artistes sont inaptes, car cupides et vaniteux

La plupart des intellectuels y répugnent, parce qu'ils croient exagérément au clair.

Le peuple a désormais trop d'écrans.

Des enfants sont prisonnièrs de leur royauté.

Des femmes sont raffinées.

La sottise, l'erreur, le péché la lésine font le reste.

Il faut de la vertu pour pinéliser.

Cette vertu ne va pas sans terre.

Cette terre n'a aucune vertu, mais elle a été récoltée place Pinel, ce qui offre, à soi seul, d' intéressantes perspectives.

Muni de cette substance, le pinélisateur se rend en un lieu, qu'il détermine selon son goût. Nul instrument n'est exigible. Pas besoin d'un pendule ou d'un bâton de sourcier. L'évidence suffit. La pinélisation est aussi une Guerre du goût.

Quelques lieux paraissent déjà pinélisés. Les pinéliser serait redondant.

D'autres lieux ne sont pas dignes de la terre de la place Pinel. Certains, par contre, en seraient souillés. Il est ainsi arrivé à Denis Favennec de plaider la cause de certaines parties du paradis italien. En faveur de Michel Ange et de Carla Bruni, il a eu gain de cause.

Parfois des débats surgissent. Par bonheur, l'évidence s'impose.

Quand j'ai pinélisé Buckingham Palace, l'acte m'aspirait. C'était pendant une cérémonie, en décembre. Maints bonnets à poils s'agitaient. Des gardes jaunes se déplacaient. Des civils remarquablement endimanchés entraient dans le palais, ainsi qu'un carosse noir.

Il faisait un temps sublime, froid, sec, avec un petit vent. Des touristes étaient agglutinés.

Un noir panneau porteur d'interdictions me faisait face.

C'est alors que j'ai sorti la terre. Je l'ai posée sous la grille du palais, et j'ai soufflé.

Soufle, souffle ma bouche, la terre...

Ainsi j'ai vu, emporté par mon souffle et le vent, les poussières de la place Pinel entrer dans la cour du Palais de Buckingham, courir sur le sol, se faufiler entre les jambes des chevaux, passer tous les bonnets à poils, emprunter le chemin du carosse noir, et se diriger implacablement vers la cérémonie royale. Toute la puissance d'Angleterre n'y pouvait rien. La terre de la place Pinel pénétrait.

Cette fois là, j'ai agi seul. J'ai psalmodié discrètement le nom de Marius Pinel.

Avec mes amis, nous disposons du , d'un accès facile à la terre de la place Pinel, et de vertu. Nous n'hésitons pas à former des enfants.

En 2008, la terre de la place Pinel atteindra Samarcande, la Bretagne, la Thaïlande, encore l'Irlande, sans doute les Etats Unis une nouvelle fois, Rome avec la bénédiction de Carla Bruni, l'Espagne, l'Angleterre encore... Des équipes discrètes, déterminées, toujours plus précises dans leurs frappes, agiront.

Voici un message qui m'arrive de Washington : Passez de bonnes fêtes et à bientôt... Vive la Place Pinel !

Que Miro Nicolov en soit remercié !

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Pinéliser encore et toujours 21:30 dans

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.