accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Le goût des lotissements »

lundi, 24 mars 2008

Le goût des lotissements

L'oeil, quand il se promène aux paysages, voit souvent, en France, désormais, des lotissements.

Les moindres villages s'en encerclent. Toute sortie de grande ville en propose l'interminable. Dans les collines, les plaines, les montagnes, ou sur les rivages, on les constate.

Parfois, ils se réduisent à deux ou trois villas, sur une pente ou à la corne d'un bois. Plus fréquemment, l'installation est nombreuse. Des rues s'ordonnent. Plusieurs ronds-points font figure. On rencontre rarement des individus dans ces endroits. Quelques voitures, éventuellement, en déplacent. Des chiens aboient. Mais il n'y pas d'attroupements humains, même limités, comme il en subsiste dans les épouvantables dictatures. Personne n'est assis sur des bancs pour parler, ou trafiquer. Les messes sont absentes. Les enfants ne jouent visiblement pas. Les commerces sont ailleurs.

Du terrain, des arbres et du grillage séparent les habitations. Côté rue, se présentent des grilles, des murs, et des portails.

Ces rues ont des noms de fleurs et d'oiseaux.

Tel est le rêve.

Dans les villages, les chantiers se multiplient. Il arrive qu'ils dégagent des vestiges. On les recouvre, si possible, tant on a hâte des sapinettes, des laurières, des piscines, des barbecues.

De loin, les villages épaississent. Leur grâce prend graisse. L'étal détruit leur silhouette. De près quand on traverse la zone pavillonnaire, les panneaux propriété privée, villa en réseau, attention au chien, défense d'entrée sont à lire.

Beaucoup de villas résultent de crédits et de longues économies. Le mérite édifie ces lieux. On le sent. La clôture se paye d'efforts.

On imagine de loin les intérieurs.

On ne veut pas imaginer. On passe.

Mais de nouveaux lotisements sont plus loin. La Mairie a un programme. Des terrains sont à bâtir.

Le rêve et la peur travaillent la France. C'est un secret étalé. L'horreur du jour y est aimable.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Le goût des lotissements 10:40 dans L'époque

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.