accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Boire la place Pinel »

lundi, 19 mai 2008

Boire la place Pinel

Puisque la grêle a jeté à terre, place Pinel, des feuilles et des fleurs, leur récolte est aisée.

Hier soir, vers dix heures trente, en solitaire, autour du Kiosque, j'ai pu emplir mes poches de fleurs à peine écloses des tilleuls.

Bonheur !

L'an passé, nous avions constaté l'extrême difficulté pour accéder aux tileuls sans échelle.

Comment boire la place sans échelle ?

J'avais dû renoncer. J'avais rêvé, comme Jacob, d'une échelle avec anges montant et descendant.

Mais l'orage vaut tous les anges.

On peut penser, comme Rilke, que tout ange est terrible, et donc Orage.

La grêle m'a dispensé d'échelle. L'orage refit mon espoir.

Les grêlons ont mieux jeté à terre les fleurs de tilleuls que ne l'auraient fait, peut-être, des anges, même terribles.

Les nuits ont réalisé le rêve : nuit d'orage, nuit de cueillette. C'est toujours au chantier des désirs, dans l'abandon des consciences que s'accomplit le poème. L'orage se fait ange, et la terre devient boisson. Il faut aller à la rencontre des pertes infinies.

Le Bonheur, comme il arrive en Lozère, surgit dans le bruit bovin, tel Bramabiau, des effets merveilleux de la perte. Quiconque doute aille voir, et boive la parole...

J'ai recueilli, me recueillant aussi, place Pinel, des fleurs de tilleul.

Chez moi, j'en ai fait tisane.

J'ai bu un peu de la place.

Ce matin, quelques uns de ses atomes sont dans mon corps. La plupart sont perdus. Je n'envisage pas d'être un accumulateur de place Pinel. Le passage d'un peu d'elle en moi suffit. Je ne m'envisage pas statue.

Quel bonheur, ce matin, de pisser la place Pinel !

Gastronomiquement, cette tisane n'était pas excellente. Les fleurs n'avaient pas eu le temps de s'épanouir. Un peu trop de verdeur demeurait. L'orage de grêle aurait dû, pour la perfection du goût, attendre quinze jours.

Qu'importe ! La poésie ne tient pas au bon goût. La beauté désirable est convulsive. L'orage n'est pas un confort. Les foudroiement est libre du délectable.

Comme jamais tisane, cependant, ne me fut davantage vin de vigueur, je cours à la place, à midi, récolter encore. Je compte faire partage de mon tileul. Que d'autres lèvres et d'autres langues goûtent, en communion réelle, les profondeurs superficielles ! Que l'effet d'orage passe aux bouches.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Boire la place Pinel 10:10 dans Place Pinel

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.