accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Les dessinateurs de la place »

mardi, 20 mai 2008

Les dessinateurs de la place

Isabelle Moulis errait sur la Place Pinel.

Elle essayait son nouvel appareil photographique.

Il était presque midi. Sur la pelouse, les bancs et les allées, une dizaine de dessinateurs s'activaient : ils dessinaient la place Pinel.

Isabelle les aborda. Ils ignoraient l'importance de leur acte. Ils disaient être en formation. Isabelle photographia un de ces inconscients et son oeuvre. Elle combina ainsi l'essai technique et la nécessité de connaître. Elle permit de fournir aux lecteurs d' Astrée un document essentiel.

Ce dessin est une Carte du Tendre.

Comment ne pas le voir ?

Jamais nous n'avions songé à rapprocher la géographie de la place Pinel de celle qu'a suscitée le roman d'Honoré d'Urfé. Il a fallu qu'apparaisse le jeune Céladon dont Isabelle propose l'image pour que surgisse l'évidence.

A sa suite, nous interpréterons de nouvelle façon l'Espace Canin, renommé par l'artiste Aire canine. Nous y voyons une de ces aires dangereuses, car canine, où les amants sont retenus, et risquent mille peines. Il faut passer beaucoup d'épreuves pour accéder au Kiosque, qui est visiblement la rose, où tout résonne, et Eros même.

Cette Carte me rend sensible que se produisent beaucoup d'événements, place Pinel, en mon absence. J'apprends ainsi à faire bonne mort.

Tandis que je veille, par exemple, la Permanence de Jean-Luc Moudenc, la place Pinel s'active. Des chiens la traversent. Des souffles travaillent les Tilleuls. Des dessinateurs s'assemblent. Une photographe photographie. Le lieu multiplie, par les cartes même, et m'apprend la possibilité nécessaire de ma mort.

Peut-être mon retrait même favorise-t-il la multiplication ? Ne faut-il pas retrait de Dieu pour que respire le monde ? L'amour ne vit-il pas d'absence? La plus haute leçon des Juifs n'est-elle pas la possibilité nécessaire d'un Dieu mort ?

Je me refuse à être Dieu, surtout s'il est toujours là. La place Pinel n'est pas ma création. J'en aime la puissance et je désire son invention. Je la caresse de mon passage. Elle est Marie qui dit oui à l'ange lui annonçant, un moment, l'aventure de la fécondation. Elle est une pine dressée qui devient aile en ciel pour la multiplication des échanges.

La présence, en elle, des dessinateurs et d'un témoin, qui m'en fait signe, et dont je fais signe par Astrée, vaut Evangile. La Carte du Tendre, qui est la preuve visible d'absence, est à pratiquer.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Les dessinateurs de la place 13:57 dans

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.