accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Respecter nos églises »

mercredi, 14 mai 2008

Respecter nos églises

Tout l'été, des églises de campagne ont servi de salles de concert pour bien des raisons. Ce sont des espaces suffisamment vastes à l'acoustique souvent exceptionnelle et, s'il y a un petit bénéfice pour le curé, ce n'est pas à mépriser. Mais sous conditions. Par exemple, il y a quelques années, Charles Trenet, bien que très âgé, devait accompagner des petits chanteurs à Notre Dame de Paris. Mais on apprit que le "fou chantant" devait interpréter des chansons tout de même plus laïques que religieuses telles que "le soleil a rendez-vous avec la lune" ou "Dans les pharmacies, dans les pharmacies". Alors non, Notre Dame n'est pas Bobino et il ne faut pas abuser de l'hospitalité des églises !

Une église est faite pour rassembler les fidèles, célébrer, prier, donner les sacrements. Un concert de musique religieuse peut être une façon de prier et il est bon que les églises vivent, qu'elles soient même occasionellement peuplées. Cela les conserve et permet parfois, l'été, de pallier à leur fréquente fermeture. A condition de s'en tenir à de certains critères de façon à ne pas offrir de prétexte à ceux qui disent : "On fait n'importe quoi dans les églises ". Il est vrai qu'il y eut parfois des spectacles qui n'avaient rien à faire là avec toute une jeunesse "sniffant", s'embrassant derrière les piliers, et j'en passe... Les critères sont simples : de la musique, de préférence religieuse, ancienne ou moderne. Beaucoup préfèrent le Requiem de Mozart ou le Te Deum de Charpentier aux guitares électriques et au déchaînement des batteries. C'est sans doute affaire d'appréciation et de génération, mais le critère doit être le beau. Les Petits Chanteurs à la Croix de bois sont tout de même plus à leur place dans une église, et l'usage de l'orgue qui est ici chez lui, qu'un "groupe" aux rythmes syncopés. Cependant, des rythmes impensables naguère sont aujourd'hui parfaitement acceptés et je pense aux negro spirituals. Il ne faut pas non plus céder à la tentation, réelle pour certaines églises, d'être si fréquemment utilisées pour des concerts qu'on a l'impresion que c'est leur destination naturelle. Et puis on aimerait que les églises ne soient pas des espèces de forums autour d'expositions à thèmes ou de photos, pour soutenir telle ou telle campagne souvent très "engagée", tout simplement parce que tous ceux qui, poussés par une sorte d'instinct et ne visitant les églises que pendant les vacances, y cherchent d'abord un espace de recueillement sans pour autant être interpellés sous différents prétextes. Il y eut dans quelques églises des tapages incongrus. On est revenu, je crois, à plus de discernement avec deux impératifs : le respect du lieu et la beauté d'un éventuel concert.

François Foucart,

Dans l'Homme Nouveau du 2 septembre 2006, n° 1377

Texte recueilli par Jean-Pierre Nizet dans une église du Lot.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Respecter nos églises 21:53 dans L'époque

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.