accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« La grâce et la gloire »

vendredi, 25 juillet 2008

La grâce et la gloire

La considération des graminées allie parfois la grâce avec la gloire.

La grâce n'est pas la gloire. La gloire n'est pas la grâce.

La grâce dit l'origine, le don reçu, la gratuité miraculeuse et délectable. Elle ne fait pas d'abord spectacle. Elle est intime, au secret de l'être, à l'invisible lien d'un sujet avec Dieu. La grâce tombe du Ciel qui ne calcule pas. Elle peut ne pas se voir. On la reçoit. On l'accueille. Elle métamorphose de l'intérieur depuis les cimes. Peut-être, enfin, brille-t-elle aux yeux de tous. Mais elle s'accommode de l'ombre et l'on ignore toujours ses formes. Elle est sans genre, sans règles, sans bon goût, toute imprévisible, et cependant exacte. Jamais d'excès. Pas d'abus. La grâce est économe. Elle est discrète. On la remercie d'être si peu, et totale.

La gloire rayonne vers autrui. Elle s'étale. Elle est un spectacle. Sa reconnaissance est nécessaire. Elle a donc des formes attendues, des genres. Le public qui l'accompagne a besoin de manifestations réglées. Il applaudit s'il les rencontre. Il se rassemble ainsi. Il ne se recueille pas, mais il se constitue. Et il loue. L'éclat de la gloire fonde la loi. Son débordement lie à l'astre dont l'ordre rend vifs.

La grâce n'est pas la gloire. La gloire n'est pas la grâce.

La considération des graminées, cependant, éclaire parfois leur accord.

Un soir, sur le Caroux, quand le soleil touche l'horizon, l'on voit s'illuminer l'ordinaire bord des chemins. Les minces et pauvres graminées jaunâtres de la journée deviennent divines. Leur or dialogue aux bruyères violettes et aux herbes vertes. C'est un régal d'aventures pour oeil.

Il ne dure pas. Le moment est de grâce. Le soleil descend sous l'horizon. Les ors s'éteignent. Le chemin serpente dans la nuit. Les feux d'étoiles ne font pas fête aux graminées.

Voici donc un moment de grâce, qui est, pour les graminées, également de gloire.

Marcheurs, nous les considérons et leur éclat nous fonde.

Leur gloire est discrète. C'est une gloire pauvre. Elle est la grâce d'un moment du soleil par terre.

N'est-ce pas cela, le poème : la gloire par grâce d'une humilité sensible ?

Yves Le Pestipon | Voir l'article : La grâce et la gloire 7:35 dans L'Astrée , Littérature

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.