accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Monsieur André Lasserre »

mercredi, 2 juillet 2008

Monsieur André Lasserre

Monsieur Lasserre vendait des partitions de chansons à Toulouse juste après la seconde Guerre mondiale. Il vendait aussi des disques. Sa boutique s'appelait Musica.

Monsieur Lasserre avait été prisonnier. Je me souviens qu'il s'était évadé. Il me racontait ses aventures quand nous allions ensemble chercher des fossiles dans la Montagne noire.

Monsieur Lasserre était un voisin de mes parents. Quand j'avais quinze ans il était déjà retraité depuis quelques années. On m'avait dit qu'il avait dans son jardin une nageoire de Dinosaure. C'était un nodule du Lias de l'Aveyron. Je l'ai vu tout de suite.

Nous ne nous sommes pas fâchés.

Il avait des bombes volcaniques qu'il trouvait dans ses rosiers à Agde. Il avait des cristaux de calcite de Creyssels. Il avait des fougères de la houille de Graissessac, et des ammonites. Il mettait partout des étiquettes. Il cherchait les noms dans les livres. Il se trompait souvent. J'en savais un peu plus que lui. Nous sommes devenus amis. Il m'emportait sur les terrains avec sa petite Peugeot bleu pâle.

Nous avons cherché des trilobites à Vélieux, des azurites vers Cabrières, des cérithes dans les Corbières, des dents de squales à Lespignan. Monsieur Lasserre s'évadait.

Nous avons marché parmi les asphodèles avec l'abbé Courtessole. Il aimait voir ce dernier m'apprendre à fendre des pierres. Ils échangeaient des souvenirs de guerre. Mes oreilles étaient immenses. Je récoltais des conocoryphes et des anecdotes. L'égalité régnait.

Au moment de la Retraite, monsieur Lasserre avait voulu renouveler. Il s'était lancé dans l'archéologie avec l'équipe du Muséum d'Histoire naturelle de Toulouse. Mais, come il ne pouvait ramener d'objets chez lui, il avait vite été découragé. Il aimait collectionner. Il s'est mis aux fossiles avec un cousin de Joncels. Il empilait les pierres sur ses étagères. Quand je suis apparu, je suis devenu son fils de renaissance. Nous nous aimions. Nous saucissonnions dans les gisements. L'abbé Courtessole et mon père étaient souvent de la partie. Affaires d'hommes. Dieu se mêlait aux pierres éclatées.

Plus tard, j'ai un peu renoncé aux recherchs géologiques. Les poèmes me sont apparus. J'ai fendu les livres pour expliquer les textes. Monsieur Lasserre, vieillissant, a eu peine à poursuivre les fouilles. Il conduisait de plus en plus difficilement. Il s'est mis à peindre. Il a encore renouvelé.

Je venais le voir. Il me montrait ses toiles. Il peignait ses souvenirs, les pierres, et il collait parfois des petits morceaux de ses collections sur des planches. Il s'évadait.

Des années ont passé. Monsieur Lasserre a tenté d'intéresser ses petits enfants aux pierres, à ses toiles, et à sa vie. Il a rédigé pour eux ses mémoires. Les petits enfants s'en sont peu soucié. Ils n'étaient pas d'intelligence avec leur grand-père. Parfois, je passais dans sa grande maison pleine de choses. On parlait de ses couleurs. Il me donnait des éléments de sa collection. Je lui portais des pierres.

Beaucoup plus tard, voici quinze ans, il m'a demandé d'amener ma voiture.

Il me donnait sa collection, y compris le paradoxides dont nous avions trouvé ensemble les deux motiés sur le chemin de Vélieux. Il me donnait du concentré orange d'uranium. Il me donnait quatre tableaux de bois représentant les quatre ères géologiques, et qu'il avait tenté d'offrir en vain au Muséum d'Histoire naturelle. Personne n'en avait voulu. Ces oeuvres sont près de moi, merveilleuses d'erreurs et de zèle. je vais bientôt mourir, m'avait-il dit, toutes mes pierres sont à toi, et ces tableaux.

J'ai chargé ma voiture.

J'ai les bombes et les Ammonites, J'ai les cristaux de fluorine et les grosses huîtres. J'ai les pentacrines de Boussagues, le Quaternaire, le Tertiaire, le Secondaire, le Primaire. J'ai monsieur Lasserre qui est mort, et moi qui suis vivant, sur les sentiers de lumière où il vieillissait l'âme libre.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Monsieur André Lasserre 21:21 dans Tombeaux

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.