accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Winnie dans les montagnes »

mercredi, 16 juillet 2008

Winnie dans les montagnes

Lors de la Rencontre des Bouches 2008, Bruno Riboulot a gravé les lettres du nom de Winnie autour de Fougax-et-Barrineuf. Deux lettres par jour de Marche.

Cet acte, désiré par l'auteur de ces lignes, avait ses raisons.

1 ) Dans la pièce de Samuel Beckett - Oh les beux jours - , le personnage principal - Winnie - évoque Fougax-et-Barrineuf, où elle a connu de beaux jours de bonheur, autrefois, avec Charlot Chassepot, sous le robinier, dans le clos, derrière la maison.

2 ) Oh les beaux jours est une pièce du redoublement, de l'impossible accès à la Trinité. Les lettres de Winnie, comme évidemment Fougax-et-Barrineuf, ou le face à face Winnie/Willie, le manifestent : double W, deux I, deux N. Le E final, seul, ne porte apparemment pas au double, mais il est muet, et il est symétrique. L'écriture de ce nom est un élément de composition de la pièce. En cette affaire, si l'Esprit vivifie, la lettre, par sa forme, son nombre, son dispositif, excite l'Esprit. Ainsi écrire les lettres de Winnie dans les montagnes de Fougax-et-Barrineuf rappelle à la lettre, c'est-à-dire, finalement, au corps. Cet acte rend hommage à Beckett, à Dieu, à la littérature.

3 ) Les lettres de Winnie ne devaient pas s'inscrire ensemble au lieu central, c'est-à-dire Fougax-et-Barrineuf dans le clos, derrière la maison, sous le robinier. Nous devions procéder au décentrement et au démembrement. En effet, lors des recherches menées par l'auteur de ces lignes, le nom de Winnie était apparu tout entier en ce lieu même, comme le conte Samuel Beckett à Fougax-et-Barrineuf, ouvrage dont l'Astrée porte le texte en ligne. Cette apparition totale et centrale suffit. Graver le nom aux environs du Fougax risquait de substituer la redite au miracle. Or, l'Astrée joue la répétition contre la redite, car la répétition peut ouvrir à l'infini par désir, et parfois au miracle. Les lettres devaient donc être disposées hors le centre, et dispersées. Cependant, nous ne rêvions pas de chaos. Le poème n'est pas l'explosion seule. Nous devions désigner le centre par une dispersion pensée. Nous créerions ainsi un double mouvement vers l'intérieur et vers l'extérieur, une insistance et une existence, une infusion et une diffusion.

Ce double mouvement simultané est nécessaire au poème.

En dispersant les lettres de Winnie, comme un corps d'Osiris, nous l'avons mis en insécurité. Mais nous avons créé une magie (apparition/disparition). Or le poète, selon René Char, est le magicien de l'insécurité, ce qui s'illustre près de Montségur, le château du mont de la sécurité. La dispersion des lettres autour d'un centre vide, et là, répond par l'acte à la concentration sécuritaire de l'être dans un château refuge. L'aventure interroge l'angoisse. Le poème s'exile du clos dont il pratique fervente réminiscence. Il fait sonner ensemble, au moins depuis du Bellay, le voyage d'Ulysse et la maison.

4 ) En gravant les six lettres de Winnie en six lieux différents, mais au cours d'une seule Rencontre des Bouches, elle-même déployée en trois jours, nous avons concilié la dispersion spatiale, et un certain ordre du temps. Nous avons inscrit un chaos et vécu un rythme. Nous avons marié le lieu et l'heure, le souvenir et l'acte, Osiris et Ulysse. Nous avons inventé de beaux jours de bonheur. Happy days. Nous avons tenu ensemble une âme et un corps. Notre Rencontre des Bouches a débouché.

5 ) Gravées sur des rochers aux expositions contradictoires, les lettres auront des existences diverses. Certaines s'effaceront en peu d'années, rongées de pluie et de mousse. Quelques unes pourront être vandalisées, et disparaîtront comme la main et la croix de Morenci. Plusieurs résisteront longtemps aux tempêtes. Nous, qui les avons toutes inaugurées par nos bouches, nous serons morts.

Nos morts auront été diverses, en différents lieux du monde, des morts d'homes et des morts de femmes, des morts d'assassins ou des morts de saints, des morts de longues ou de courtes maladies, des morts d'accidents ou de suicides, des morts de joie, de rire, de mélancolie, de révolte, avec des corps plus ou moins dégradés, méconnaissables, ou admirables, des corps de vieux merveilleux ou de déchets. Mais quelques lettres métamorphosées par le temps et cependant fidèles à leur graveur, persisteront. Un jour, il n'y aura plus qu'un seul d'entre nous pour en vivre fervente réminiscence. Peut-être en parlera-t-il encore avec quelques étrangers. Puis, il mourra. Les écrits de l'Astrée, l'Astrée

6 ) Qui cherchera les lettres un jour aura de beaux cheminements.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Winnie dans les montagnes 10:54 dans Fougax-et-Barrineuf

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.