accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« La terre transportée »

lundi, 1 septembre 2008

La terre transportée

Cet été, la place Pinel a atteint le Gange, le Liban et San Francisco.

Le groupe Belge Zita Swoon en sa tournée l'a semée énergiquement. Marie de Marcillac l'a dispersée sur les eaux sacrées. Une autre équipe, dont l'Astrée porte nouvelle en commentaires, a touché la Californie.

Les chrétiens, les musulmans, les hindouistes sont contactés. Les pinélisations se sont maintenues, malgré les guerres, les jeux, et l'ignorance, à un haut niveau cet été.

Tout a commencé par la distribution de dix-neuf petits pots de terre à Fougax-et-Barrineuf, rituellement, début juillet.

Que sont devenus ces pots, nous l'ignorons encore. Nous savons seulement que la terre, par eux et en eux, fut transportée.

Londres m'a semblé, quant à moi, une destination nécessaire. J'ai ainsi pu introduire, avec la complicité du redoutable Grant Mackie Maclean, un peu de terre de la place Pinel dans un petit pot de sucre du restaurant de la très chic Wallace Collection. Le merveilleux XVIIIème siècle français nous entourait. Watteau Fragonard et Boucher veillaient sur notre infamie.

Tant de blancheur cachant si peu de terre, nous fut crime léger. Quel plaisir d'imaginer des dames anglaises sucrant leur thé et l'enterrant : My god !

Ce transport nous transportait.

Je ne m'en tins pas là.

Le British Museum fut encore une fois l'objet de mon désir. Où trouver plus de beauté ?

Un étrusque couché sur son cercueil reçut donc un moment un petit pot de terre. Il ne remercia pas. Nul doute que son éternité fut heureuse de cet présent.

L'empereur Titus, qui vécut quand le Vésuve ruina Pompéi, et qui ruina Israël, mais qui souffrit par manque de Bérénice, reçut à son tour le petit pot. Marius Pinel vaut bien Bérénice, surtout quand on est de marbre !

Quelques amphores, péchées en mer faisaient groupe un peu plus loin. Je glissais dans l'une d'elle mon petit pot de terre. Je l'y laissais, fier d'avoir disposé dans un vieux moyen de transport, mon petit transport de terre. Puis je m'évacuais. J'étais véritablement vain.

Les anglais sont accueillants pour la place Pinel. Qu'elle se présente nue, ou voilée d'un petit pot noir, ils la reçoivent. Les Hindous, les américains et les libanais ne protestent pas non plus.

La terre transportée fonde au ciel des idées folles l'humain.

La métaphore fait petits ponts.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : La terre transportée 17:32 dans Place Pinel

1 commentaire est apparu (en écrire un autre ?)

  • 1.

    le dimanche 21 septembre 2008, à 09:05, Candie [TypeKey Profile Page] écrivait :

    "Do you have something to declare ?" he asked politely
    "Oh are you from a farm or something ? Because you wrote that ..."
    Me ? From a farm ? What a delightful idea !
    "No, I just brought some earth from France"
    "What ?", he seemed to be puzzled
    "Oh ... you brought ... ? What for ?"
    I told him something about a friend, missing the earth of France, a funny story, a lie.
    He didn't laugh but answered kindly : "Well, that's ok, but go to the big red A, ok ? And have it checked. Do you understand me ?"
    "Yes, sure !"
    Yes, Sir ! L'impression déjà d'être dans un film.

    Et s'ensuivit un irréel périple dans l'aéroport de Philadelphie, à la recherche du gros A vert. Puis un scanner plus que drôle, avec de la place Pinel éclatée au fond d'un improbable sac de voyage. Recollection de la précieuse "dirt", j'étais "the young lady who brought some dirt !"
    Nouvelle identité, contrôles amicaux et drolatiques, les américains ne sont pas Terminator.
    Ainsi commençait le périple de celle qui comptait sur son nom pour passer inaperçue au pays de la folie des grandeurs ...

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.