accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« La gloire de Julie Couillard »

mercredi, 1 octobre 2008

La gloire de Julie Couillard

Je ne connaissais pas Julie Couillard.

Depuis qu'elle m'est apparue - voici dix minutes - son mystère m'étonne.

Comment peut-on s'appeler Julie Couillard ?

Je me répète du fond de l'âme jusqu'aux lèvres : Julie Couillard. Julie Couillard !

C'est dans le Monde que Julie Couillard m'est apparue. Elle n'est pas passée par une grotte ou par des nues. Aucun ange ne l'a précédée. Un article a suffi.

Julie Couillard fut la maîtresse d'un ministre canadien. Elle a fait un livre. Probablement, aurais-je fait pareil à sa place. Elle affirme que son amant n'était pas vraiment intelligent. Elle le dénonce. Sans doute, toujours à sa place, aurais-je fait de même. A quoi bon publier sur son amant, surtout s'il fut ministre, sinon pour le dénoncer ? Plus tard, on réhabilitera.

Les critiques publiées par Julie Couillard me laissent froid. La nullité politique est un fait vieux. Mais, en informant l'univers des faiblesses de son amant ministre, Julie Couillard - le nom Julie Couillard - apparaît.

Bien sûr, par Google image, j'ai vérifié qu'une certaine Julie Couillard présentait un corps. J'en ai vu des photos. J'ai vu sa poitrine abondante, sa chevelure. Je l'ai contemplée auprès de son ministre.

Julie Couillard.

Mais son corps n'a pas effacé son nom.

Le corps de Julie Couillard est le prête-corps de son nom. Son livre et son prête-livre. Son amant est son prête-amant. Le nom seul de Julie Couillard est admirable : Julie Couillard est mangée par son nom.

Julie Couillard mange Julie Couillard.

Tel est son martyre.

Sainte Blandine, avec ses lions, jouait petit. Léda, avec son Cygne Dieu, avait de faibles prétentions. Il faut laisser l'initiative aux noms, qui sont les lions, les dieux violents, et l'invincible.

Je remercie Julie Couillard d'apparaître en pleine dévoration par son signe. Sa disparition sous Julie Couillard explose dans l'énormité de ses seins tels que les montre Google image. L'obscène est sa gloire. Tel est le monde.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : La gloire de Julie Couillard 16:25 dans L'époque

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.