accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« La vie de Sainte Sigolène »

lundi, 24 novembre 2008

La vie de Sainte Sigolène

Sigolène eut un bon père qui la maria à un pédophile, et l'aida plus tard à devenir sainte.

Ce père s'appelait Chramsicus. Il était de noble origine, sans doute franque, et sa fillle naquit à Albi.

Quand elle atteignit 12 ans, elle reçut Gislulfus pour heureux pédophile. Chramsicus avait fait le bon choix : ce Gislulfus était un noble albigeois, riche, et assez poli pour mourir aux 22 ans de Sigolène.

Ni Sigolène ni Gislulfus ne se plaignirent l'un de l'autre. Qu'aurait apporté une vie plus longue à Gislulfus ? Que n'aurait pas perdu Sigolène si Gislulfus avait été plus court ?

Gislulfus n'eût pas à mener sa Lolita de motel en motel. Tout se passa à Albi. Rien n'empêchait l'heureux époux d'aller taquiner le gardon dans le Tarn avant de retrouver Sigolène.

Même dans la riche Hollande, où Baudelaire invite au voyage, on ne vit pas pareil bonheur !

Dix ans de paradis s'étant ainsi passés, Gislulfus laissa dix maisons à Sigolène, et se tint tranquille au tombeau. La jeune veuve eût pu chercher quelque jeune mari, mais comment oublier Gislulfus qui l'avait aimée dès ses douze ans, et lui laissait dix maisons ?

Chramsicus, son bon père, avait certainement de nobles amis qui l'auraient épousée. Elle était fraîche encore. Mais Sigolène avait un plus grand désir d'avenir. L'éternité la tentait.

Elle demanda à son papa la permission de se retirer du monde.

- Dans un fromage de Hollande, ma fille ?

- La paix, est-ce là, papa ? Je ne veux pas d'un trou trouble. Après Gislulfus, il me faut un trou clair.

N'étant pas homme de parti, Gislulfus installe sa fille dans une de ses propriétés, à Troclar, au bord du Tarn, à 15 kilomètres d'Albi.

Une communauté de moniales s'établit. Sigolène fait des miracles. Sigisvald, Gisload et Babo, ses frères, lui rendent heureusement visite. La sainteté de Sigolène est une affaire de famille.

Je tiens ces faits de l'admirable Revue du Tarn, numéro 176, de l'Hiver 1999, qui trouve elle-même ses sources chez l'abbé Bosia de Mendrisio. L'article fait suite à quelques pages consacrées aux rocs à cupules de la Serre du Truel.

Je trouve beau que le Troclar succède aux pierres à Cupules.

J'ai rencontré ces pages la nuit dernière, juste avant que ne commence le jour du recolement.

Je cherche un Gislulfus. Je cherche un Chramsicus.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : La vie de Sainte Sigolène 15:26 dans L'époque , Théologie

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.