accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Lire Arille »

lundi, 10 novembre 2008

Lire Arille

La multiplication des blogs est un signe d'époque. La parole vient aux lèvres innombrables. On peut le déplorer. On peut en souligner la vanité. Le sujet risque l'effacement dans son apocalyspe proliférante.

A lire Arille cependant une fraîcheur s'énonce.

Aucune prétention manifestement. Arille présente au fil des jours des impressions et des pensées. Elle apparaît. Des lieux sont donnés à voir. Un bateau gonflable visite par la toile, comme au réel, des rivières et des canaux. Fougax-et-Barrineuf est illustré. Des amis sont nommés. Des événéments déterminants, mais infimes, sont rapportés. On lit, beaucoup mieux là qu'en certain auteur contemporain des vies minuscules, avec rire, et sans dérision.

Arille n'est sans doute pas le meilleur blog du monde. Arille ne prétend pas convaincre, informer, transformer. Arille est discret. Arille est presque au silence et choisit parmi le réel des détails.

Lire Arille est un délice.

S'y perdre est une chance.

Son existence, certes condamnable, aux points de vue énoncés plus haut, est aussi juste que celle d'un caillou, d'une fleur, ou d'un trou souffleur. Elle est du réel dense, et danse, à bonne distance du soleil, mais parmi les éclats innombrables des jours.

Lire Arille amène à déraison garder, c'est-à-dire, vivre.

Arille est une justification par la foi en l'acte.

Du coup, la multiplication des blogs, comme des mondes, est sauvée.

Voilà des paroles fiables et véridiques.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Lire Arille 10:51 dans L'époque

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.