accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Ce que Jésus voyait du haut de sa croix »

samedi, 27 décembre 2008

Ce que Jésus voyait du haut de sa croix

Rue de la Providence, près de chez moi, une maison avait brûlé. Elle servait de squat depuis quelques années.

Toute une semaine, je suis passé devant. Puis, je suis entré.

Il y avait là un bric-à-brac misérable, chaises et tables carbonisées, casseroles, déchets de vêtements... Je fouillais. Je trouvais des livres, presque tous infâmes et noircis. Sans doute, un des occupants s'était-il essayé au métier de bouquiniste.

M'est apparu un livre intact, relié, avec des lettres dorées sur le dos : Sertillanges. Ce que Jésus voyait du haut de la croix.

250 pages cherchent à représenter ce que Jésus, cloué sur sa croix, voyait: Sion, la maison de son père, le Mont des Oliviers, les passants, les siens, ses ennemis... Sertillanges espère répondre à l'invitation de Saint Paul de revêtir Jésus Christ.

Y réussit-il ? Je ne sais. Mais, dans les restes de la maison brûlée, son ouvrage m'a attiré. J'étais venu pour lui. Je l'imaginais. Je l'emportais.

Je n'ai pas lu ce livre. Impossible pour moi. Trop de bavardages. Trop de complaisances théologiques; Bien peu d'archéologie. Mais son intention m'intéresse.

La peinture nous donne souvent à voir le Christ en croix avec les larrons, sa mère, Jean, les saintes femmes. A la Scuola de San Rocco, le spectacle est immense. Au musée de Colmar, il est terrifiant. En d'autres lieux, il est délectable tant les chairs et les ciels sont de lumière. Mais Sertillanges - au nom remarquable - nous fait entrer dans le tableau, et nous voyons depuis lui.

Certes, il ne retourne pas le tableau. Il ne nous donne pas à voir la toile noirâtre, ses clous, le bois. Sertillanges n'est pas Gysbrechts. Il nous fait revêtir Jésus-Christ, et voir par lui.

En vérité, il imagine ce que le Christ voit. Il nous le fait imaginer. J'imagine qu'un point de ce sol, particulièrement mystérieux, attire et retient sa méditation...

Je me retourne depuis ce livre. Je me retourne écrivant cet article avec ce livre sur mon bureau. Je regarde par la fenêtre vers la rue de la Providence, la maison autrefois brûlée et désormais reconstruite, Toulouse par derrière, le ciel plein de nuages, les passages d'oiseaux, et les toits.

Sertillanges est inscrit devant moi en lettres d'or sur le dos du livre trouvé dans la maison brûlée.

Sertillanges ?

Le nom de l'ange y est serti.

Un libertin du XVIIIème siècle ? Sertillanges n'aurait-il pas initié Cécile Volanges ?

Je félicite pour sa perversion ce membre de l'Institut.

Comment peut-on être un tel membre ?

Sertillanges me retourne. Revêtant Jésus Christ, je considère le monde où est son livre. J'ai encore beaucoup à regarder de ce regard qui rejoint le Mystère

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Ce que Jésus voyait du haut de sa croix 15:46 dans Coïncidences , Théologie

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.