accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Trois bienfaits de la Mimésis »

mardi, 16 décembre 2008

Trois bienfaits de la Mimésis

La foule d'aujourd'hui aime l'original, mais la mimésis procure trois bienfaits : elle fait plaisir, elle aide à penser, elle nous permet d'être ensemble.

Ces trois bienfaits se renforcent. Ils sont chacun la condition de l'autre. Quel plaisir humain durablement possible sans l'être ensemble ? Comment penserions-nous longtemps seuls ? Quel plaisir humain goûterions-nous sans penser, et donc sans être ensemble ? La mimésis, c'est l'homme même, quand il a l'homme pour projet.

On traduit volontiers le mot, qu'Aristote met au principe de sa Poétique, par représentation. On n'a pas tort. Représenter a en français un double sens, comme le verbe grec qu'il traduit : quand on représente un homme, on en reproduit les traits, ou on se met à parler en son nom. Dans le premier cas, on imite, dans le second, on se substitue.

La mimésis fait plaisir. Aristote le dit. Aristote a de bons exemples. Il a surtout raison de placer le plaisir au premier point de sa théorie. Tant de maîtres font du plaisir la chose à évacuer...

Les enfants ont plaisir à la mimésis. Ils aiment imiter. Ils aiment se mettre à la place de. Quoi de mieux que jouer au docteur avec une panoplie ? La mimésis permet de reformuler un bout du monde, et de s'en détacher. Visant à recréer des choses en modèles, elle suscite des défis, rend possibles des victoires, et libère. La mimésis donne un plaisir de liberté. Imiter n'opprime pas, mais détache. Quand les adultes n'imitent plus, ils abandonnent le plaisir humain. Le sérieux les fait bétifier. Ils croient. L'ennui pèse. Le vice s'étale avec des relents tragiques. Comment penser alors ?

La mimésis le permet. Que penserait-on de la Terre sans les cartes ? Si on ne remplaçait pas l'Atlantique par des images qui l'imitent, comment en parlerions-nous ? Et quel plaisir de considérer les cartes ! Nous sommes, presque tous, sur ce point, des enfants amoureux de cartes et d'estampes. Plaisir, enfance et pensée se joignent en mimésis. Irions-nous sur la Lune sans elle ? Soignerions-nous des leucémies sans représentations ? Que saurions-nous des arcs-en-ciel sans les images ?

Or, c'est la mimésis qui les rend possibles. Sans mimésis, pas de mimésis, et donc pas de pensée, et peut-être pas de plaisir humain... Il faut de la société pour fabriquer un appareil à résonnance magnétique. Il faut des assemblées de savants, et des réseaux d'hommes, de routes, et de fils pour dessiner une carte. Sans échanges entre nous, nous n'aurions pas de représentations.

Mais si ne nous ne nous imitions pas, si nous ne nous ne représentions pas, nous ne pourrions pas être ensemble. Il faut se copier pour se supporter. Il faut s'imiter pour fonder une économie. Il faut surtout s'imiter pour imiter. Il faut de la mimésis pour la mimésis.

Par bonheur, c'est un plaisir, et la pensée nous plaît.

Platon formulait une objection passionnante : il est toujours plus facile et plus intéressant, remarquait-il, d'imiter les choses monstrueuses, les passions terribles, les excès. La mimésis est dangereuse pour les moeurs, parce qu'elle encourage à la facilité, et parce qu'elle amène surtout à multiplier les représentations des choses excessives. On le voit tous les jours : les cinémas et les théâtres sont pleins d'excès. Faut-il pour cela les fermer ?

Ce n'est pas sûr.

Sade conseille ses livres aux jeunes filles. Très peu les lisent : on n'en a pas fini avec les minuscules tyrannies. Des images de monstres aident parfois les républiques.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Trois bienfaits de la Mimésis 9:34 dans L'époque

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.