accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Simonide préservé par les Dieux III »

samedi, 31 janvier 2009

Simonide préservé par les Dieux III

Simonide préservé par les Dieux contient des jumeaux et voisine avec plusieurs fables de doubles.

Les Dieux, qui préservent Simonide, ce sont Castor et Pollux. Depuis Cicéron au moins, la tradition les désigne. A la suite de Valère Maxime, La Fontaine précise que deux hommes apparaissent à la porte de la maison qui va s'écrouler pour prévenir Simonide.

La fable qui suit le récit de cette miraculeuse aventure est La mort et le Malheureux / la Mort et le Bûcheron. Ces deux textes en vers sont séparés par un petit texte en prose où La Fontaine indique quelques différences entre ces fables, et déclare que, pour la première, une raison le contraignait à rendre la chose ainsi générale... Ces deux fables proches par le sujet, et qui portent même numéro, (XVII), forment ce que Patrick Dandrey appelle une fable double.

Les Voleurs et l'Ane, qui précède Simonide préservé par les Dieux, comporte dès le premier vers le chiffre deux : Pour un Ane enlevé deux Voleurs se battaient.

Si l'on remonte d'une fable, voici deux Dragons, Le Dragon à plusieurs têtes et le Dragon à plusieurs queues, le tout redoublé par un Envoyé du Grand Seigneur et un Allemand.

Une fable plus haut, L'Homme et son Image propose un triple exemple de redoublement, d'abord par l'allégorie (Canal/Livre des Maximes), ensuite par le système des miroirs (réel/ image), enfin par la mise en abyme (Livre des Maximes/ Livre des Fables).

Simonide préservé par les Dieux est au pays des deux.

L'Homme entre deux âges et ses deux maîtresses (fable XVII) complète le mouvement, qui s'enrichit encore du symétrique repas dans Le Renard et la Cigogne.

Le nombre deux partout s'étale autour du nom des Dieux.

Aucun commentateur ne l'a vu.

L'Athlète, introduit par Quintillien, dans le récit proposé par Cicéron, permet à La Fontaine de construire un trio de couples : l'Athlète et le l'Orateur, l'Athlète et les Dieux, l'Orateur et les Dieux.

Chacun produit force effets de sens.

Entre l'Athlète et l'Orateur, le corps du premier, sa faiblesse d'invention, la pauvreté de sa matière s'opposent à la force inventive du second, poète comme l'indique la tradition. L'Athlète, en remplaçant Scopas, permet de souligner que l'Orateur affronte une difficulté réelle : la matière qu'il a à traiter est infertile et petite. Il doit inventer. Ce n'est pas par impuissance, ou souci, éventuellement suspect, d'ornementation, comme chez Cicéron, qu'il se jette à côté. Son écart signale sa qualité d'artiste, conscient des exigences, et apte à créer... L'Athlète permet également d'introduire l'image du corps brisé et de préparer l'opposition entre le Chêne et le Roseau : l'Orateur, assez souple pour inventer une solution face à la difficulté (le manque de matière), survit aux coups épouvantables du sort (Il plie, mais ne rompt pas), tandis que l'Athlète apparemment très fort, et presque Chêne, finit estropié. Le motif de la rupture travaille ainsi remarquablement à l'unité du livre... Belle fonction de ce premier couple.

L'Athlète et les Dieux s'opposent comme l'ingrat qui calcule mal et les généreux qui savent prévoir. L'Athlète compte en unités finies (un talent, un tiers de talent), les Dieux comptent dans un monde infini (un discours limité à leur éloge vaut ce bien sans prix : la vie). Les Dieux donnent sans attendre récompense future. L'Athtlète en veut pour son argent. Les Dieux savent que le monde est ouvert. L'Athlète croit qu'on ne joue qu'à un ou à deux coups. Les Dieux sont immenses et fertiles<. L'Athlète est stérile et petit. De l'Athlète aux Dieux, on passe du monde clos à l'univers infini.

L'Orateur et les Dieux s'opposent comme celui qui ne voit qu'une part du monde et ceux qui voient l'ensemble. Les Dieux sont clairvoyants. L'Orateur est aveugle. Mais les uns comme les autres se refusent aux petits calculs. Ils savent s'écarter et ouvrir. L'Orateur, constatant combien l'Athlète est une matière infertile et petite, se jette de côté, se met sur le propos de Castor et Pollux. Les Dieux, se rendant chez les hommes, se jettent à côté de leur rang de dieux, et font la fortune, apparemment infinie, de l'Orateur aux vers désormais fort prisés.

Il n'était fils de bonne mère

Qui les payant à qui mieux mieux

Pour ses ancêtres n'en fît faire.

Les Dieux provoquent pour l'Orateur fini effets infinis.

Ainsi va la fable entière, par chacun de ses trois couples. Mais, quelque intéressants qu'ils soient, c'est leur système qui importe. Ensemble, ils contribuent à produire la figure du couple, une figure également produite par la présence originelle des Jumeaux.

La gémellité est au coeur de Simonide préservé par les Dieux, et elle donne à lire les couples, qui la donnent à lire, et ils projettent ensemble l'image du deux sur les fables voisines qui, bien entendues, la leur renvoient. On a affaire à un dispositif de mise en évidence du redoublement : deux Dragons, deux Voleurs, deux Jumeaux, deux Fables, deux Ages, deux Maîtresses, un Homme et son Image...

Lisons ces deux...

A suivre....

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Simonide préservé par les Dieux III 22:43 dans La Fontaine

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.