accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Des cupules à Verdun Lauragais »

dimanche, 8 février 2009

Des cupules à Verdun Lauragais

Germain Sicard l'écrivait dans l'Aude préhistorique : Il existe de nombreuses pierres à cupules au sud de Verdun Lauragais.

Rares sont ceux qui croient en Germain Sicard.

Des archéologues bien connus le traitent d'affabulateur. Président en 1893 de la Société d'études scientifiques de l'Aude, Germain Sicard mérite pourtant d'être réhabilité.

Puissent ces lignes y contribuer !

En ce début de siècle, trouver des cupules au sud de Verdun Lauragais n'est pas évident.

La déprise agricole a favorisé les broussailles. Les mousses et la terre ont couvert de nombreux rochers. Des pierres ont été arrachées pour faire des murs. Les propriétés privées se sont multipliées. La cupule n'est pas tendance.

Voici quelques mois, juste à l'aplomb du village, près d'un jardin potager plein d' inscriptions sympathiques, j'avais pu repérer un gros affleurement de gneiss schisteux, couvert de mousse et de polypodes, visiblement atteint par d'anciens travaux d'aménagement routier. Malgré les lignes de Germain Sicard, je n'avais rien su voir sur ce rocher.

Voici quinze jours, Jean-Pierre Nizet et moi, nous l'avons visité. Un homme cultivait le jardin proche. Il nous a montré une entaille demi circulaire au pied du rocher. Nous l'avons dégagée. Nous l'avons considérée. Nous ignorons ce dont il s'agit.

Ce jardinier était le bibliotécaire de Verdun Lauragais. Il en savait long sur les Cathares. Les cupules étaient pour lui une nouveauté. Mais il aimait l'archéologie. Nous avons fouillé ensemble les environs de son jardin. Au dessus de la petite route, est apparue une autre structure semicirculaire taillée dans le rocher, et une forme de bassin rectangulaire. La découverte parut d'importance à notre nouvel ami, qui a voulu nous présenter son ami, le correspondant local de la Dépéche.

C'est ainsi que nous avons pu rencontrer monsieur et madame Bourdil, leur chien, leurs chats, leurs sculptures, leurs tableaux, et leurs récits. Nous avons pu leur montrer des cupules grâce à l'Astrée. Madame Bourdil en avait déjà vu quelque part. Elle ne se souvenait pas où, mais elle désirait se souvenir.

Les Bourdil semblaient attendre l'aventure des cupules. Ils n'en savaient rien. Ils étaient prêts. Il y avait place, en leur immense coeur, pour la rencontre. La parole a circulé, avec les rires. Ces petits manques dans les pierres ont fait résonner d'amitié nos visages. Le Bibliothécaire jardinier était l'ange.

Nous nous sommes promis de nous revoir pour préparer un article pour la Dépêche. Nous le désirions : nous espérions rencontrer ainsi de nouveaux informateurs.

Hier, dimanche, madame Bourdil avait retrouvé la mémoire de ses cupules. Elles nous les a montrées sur une dalle de schiste devant la maison de ses parents. Cette dalle a été arrachée à un rocher des environs de Verdun Lauragais, puis placée là. Elle porte deux cupules. Madame Bourdil a décidé d'appeler cette maison : maison des cupules. Une inscription, faite par elle, apparaîtra.

Nous avons revisité la roche au bas du village, près du jardin du bibliothécaire. Nous avons enlevé beaucoup de mousse. Enfin, sont apparues une cupule, puis une autre, puis une autre encore... Grand enthousiasme : Germain Siccard n'est pas un affabulateur !

L'après-midi, madame Bourdil a su voir une autre pierre, dans le fossé du chemin du vieux cimetière. Elle portait quatre cupules.

Puis deux autres cupules sont apparues au dessus de la route, près de la roche qui nous semble fondamentale.

Treize cupules en un jour : gloire à Germain Sicard !

Et les Bourdil !

Les Bourdil nous ont régalé de récits.

Ils nous ont offert deux bouteilles d'eau de vie de Verdun.

Cette eau de vie jaillit du creux des cupules. Elle est une philosophie en miracle vivant.

Hier soir, avant d'aller faire les poubelles, place Pinel, Sébastien Lespinasse, Moïse et moi, nous avons bu cette eau de vie. Les poubelles ont été généreuses. La place Pinel en son kiosque nous a permis de lire en résonnance un recueil de poèmes que nous avons trouvé : les Mots en liberté; Puis nous avons découvert force livres de voyages, des cartes, un papillon et un dinosaure en bois...

Poubelles la vie répétait Sébastien Lespinasse.

Des cupules aux poubelles, par le vide, le désir, et le rire, un seul jour multiplie notre vie.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Des cupules à Verdun  Lauragais 20:14 dans Archéologie

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.