accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Le temps du temps du citron »

dimanche, 15 février 2009

Le temps du temps du citron

D'un tableau l'autre, dix-huit ans ont passé. Le temps du citron est de 2008. Les nouveaux arrivants sont apparus en 1990.

Composition analogue : une forte ligne horizontale, une belle verticale sur la droite, et, au croisement de ces lignes, des choses : quelques fioles en 1990, un citron en 2008.

Pas un visage. Pas un ciel. Aucun animal ne se pose.

Des gens diront qu'aux deux tableaux, on voit un coin d'atelier, ou de grenier, quelques objets d'enfance...

Une ficelle, sur la droite, paraît passer d'une oeuvre à l'autre, formant des courbes molles. Elle n'est pas un serpent d'Eve. C'est une ficelle. Et le citron n'est pas une pomme. Ce n'est pourtant pas une pipe. On reconnaît un citron. On reconnaît aussi un clou dans le temps du citron, ou un pinceau dans Les nouveaux arrivants. On dira qu'on est devant des oeuvres figuratives. On y reconnaît. On s'y reconnaît.

Visiblement, Philippe Vercellotti maintient l'oeuvre. Il traverse les années de tableau en tableau. La mort n'entre pas dans ses cadres, qui ont pourtant l'air de faire-parts funèbres. Pas de cadavre. Ses oeuvres au noir passent le temps sans décomposition.

Il y a pourtant métamorphoses. Des nouveaux arrivants au temps du citron, les couleurs prennent de la force. Une belle sensualité se développe à la toile du fond du Temps. Le citron porte tous ses jus dans son bondage nonchalant. Et une inscription paraît, derrière un grillage, sur une feuille de papier, elle-même installée sur une planche. Les surfaces se sont multipliées.

La peinture est un travail en superficies. Vercellotti suscite la profondeur par leur jeu. Il s'y employait dès ses premiers travaux. Il est passé désormais maître. Il est devenu, à force de veilles, radicalement superficiel.

Le citron du Temps paraît protester de toute sa rondeur jaune. Mis en éclats par la ficelle, qui le maintient mollement, il affirme une chair ferme. Il conteste de son double téton, et, près de lui, visiblement complices, juste à distance suffisante, deux clous semblent le marquer. Il y a tension.

Les nouveaux arrivants étaient en extase, un peu idiots sur leur planche. Ils ne combattaient pas la puissance architecture de l'ordre en place. Ils étaient dans l'espace et le temps, construits par une surface. Le spectateur pouvait s'adonner sans rire à la méditation sur leur présence. Il pouvait projeter sur les profondeurs glauques une métaphysique molle.

Mais le temps du Citron fait le temps, et dès le titre, qui est un aspect éminent de l'oeuvre, inscrit avec une ample écriture noire au dos du tableau.

Ce temps diffère de celui qui était offert au spectateur de 1990. L'éclat est sensible. Le nouvel arrivant, qui maintient certes l'oeuvre, produit de nouvelles tensions, par un emploi concerté des surfaces et le scandale du citron. Le spectateur, lié au citron, lui-même lié, s'inscrit, comme il peut dans ce Temps. Il y passe de surface en surface. Il lit du texte, apparemment, en cours d'écriture. Il tente de passer la déchirure. Il s'attarde aux clous.

Aucun arrière-monde : tout est donné depuis l'éclatant citron, qui n'est pas tout éclaté. Loin des moiteurs métaphysiques, c'est l'éclat temps.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Le temps du <i>temps du citron</i> 16:49 dans Philippe Vercellotti

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.