accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« L'oeuvre de René Izaure »

samedi, 18 avril 2009

L'oeuvre de René Izaure

René Izaure propose l'émerveillement.

Ce très vieux monsieur, qui dessine et qui grave, représente la montagne, des fleurs, une vague, un écureuil mort, du rêve, des insectes... Il les choisit après avoir longtemps vécu et médité. Il s'est émerveillé.

Les oeuvres qu'il invente invitent au regard. On s'y arrête. On y découvre. On s'y découvre. On s'étonne des détails. L'oeil s'enchante de ne pouvoir tout reconnaître. C'est un vertige. Un asphodèle se peuple d'infime. Des insectes déambulent. De minces filaments s'entortillent. Mais l'écureuil mort s'étend sur un vaste blanc. Les branches sont isolées. Tout est net par fond vide. Et cette netteté saisit, sans faire saisir. On voit. On ne voit rien. On voit qu'on voit au delà du voir.

Très peu de gens fréquentent René Izaure. Aucune gloire. Pas de système de subventions. Cet homme vit à Pau au pied des Pyrénées. Ces temps-ci, le musée Goya, à Castres, expose, remarquablement, et discrètement, ses dessins, ses gravures, et quelques peintures anciennes. Très peu de bruit. Pas de fanfare. On est assez seul devant des merveilles.

On s'étonne qu'un tel artiste soit possible, le soit encore. René Izaure a tant de raisons d'être mort depuis au moins cent ans ! Il devrait avoir disparu de la surface de la terre. Son dessin, sa clarté, sa grâce, son art spirituel - vivants - sont des scandales. Ses chefs d'oeuvre font trop jouir l'âme.

René Izaure a longtemps enseigné aux Beaux-arts de Toulouse. Son oeuvre est aussi composée de quelques uns de ses élèves. Il a su former des artistes discrets, engagés, tenaces et réels. Il a fait école. Philippe Vercellotti, Jacques Muron, Jean-David Saban, Gérard Jan, et, tout autrement, Bruno Guittard en prolongent la force, comme ces asphodèles tendus et souples, multiples et vivaces, qu'il fait surgir.

René Izaure est exactement un maître. Sa parole, son corps, son regard valent avec ses oeuvres. Tout en lui multiplie la beauté sensible qu'il dit et dessine.

Là tient l'émerveillement.

René Izaure ne contraint pas. Il n'impose pas. Bien au contraire, il se retire, et même des couleurs. On le voit à peine au fond de ses montagnes. Dans un de ses dessins, on ne remarque presque pas la fuite en Egypte. Et celle-ci vient tard dans le paysage qu'il a d'abord dessiné, longuement, pendant des années. Elle en est la vérité discrète, presque ultime, rencontrée par l'expérience de l'oeuvre.

Cet homme efface. Il concentre. Il distille. Il anime le désir. L'asphodèle ou le tourbillon, la brume, ou les cyprès surgissent, mystères, du fond blanc qu'il invente.

Merveilleux dinosaure, il renaît quand son crayon croise d'ombre le jour. Il enchante la mort dans le jardin comme un secret léger et la montagne.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : L'oeuvre de René Izaure 20:45 dans Artistes

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.