accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Des fossiles, des tombeaux, et des lignes »

jeudi, 21 mai 2009

Des fossiles, des tombeaux, et des lignes

J'avais publié sur l'Astrée, voici plus d'un an un tombeau de l'Abbé Courtessole.

Il est important d'écrire la mort. Le deuil est un travail à longues lignes. L'horizon, nos pages, nos mains tout doit y collaborer, et nous pêchons ainsi parfois des âmes aux profondeurs du monde.

L'abbé Courtessole était un prêtre géologue qui m'entraînait, adolescent, sur la Montagne noire chercher des trilobites. Il était aussi le Président de la Société de pêche de l'Aude. Il lançait ses lignes aux rivières vives, et il faisait surgir du Cambrien de merveilleux fossiles. Sa conversation et ses gestes m'ont fortement instruit. Bien des années après sa mort, j'ai publié son tombeau.

Un homme l'a lu. Il m'a écrit.

Cet homme est un belge de la région de Waterloo. Il collectionne les fossiles. Il a la passion du pliocène d'Anvers et de l'ordovicien de Saint Chinian.

Cet homme me dit que sa vie a été métamorphosée par un homme qui est mort. Ce mort était un chercheur de trilobites dans la Montagne noire. Il lui parlait souvent de l'abbé Courtessole, qu'il admirait. Ce mort est mort le jour anniversaire de la mort de Thoral, magnifique géologue de la Montagne noire, et prédécesseur de l'Abbé Courtessole, qui m'en parlait. Ces morts sont morts des 26 mars.

Dominique Vanespen a publié un très beau texte pour rendre hommage à son ami. Il a mis là une photo qui m'enchante.

Je suppose que c'est en cherchant par Google l'abbé Courtessole qu'il est tombé sur le tombeau que j'avais composé.

Il me demande de publier ce tombeau sur son site. J'aime cette idée. Nous ferons cimetière sur la toile.

Il est beau que des chercheurs de fossiles se trouvent par les lignes et par la mort. Tel est un des rôles d'Astrée : la mise en constellations de morts qui illuminent notre terre.

L'abbé Courtessole, en dédicace de son livre, m'invitait à sentir la subtile beauté de la terre divine.

Je m'y emploie. Nous nous y employons.

De la quête des cupules aux voyages de la place Marius Pinel, des trous à la dispersion, la poésie est, pour moi, un enchantement d'actes terrestres, donc du ciel.

Je suis ému de savoir que l'ami de l'homme qui m'écrit est mort un 26 mars, jour anniversaire de la mort de Thoral.

Le 26 n'est pas n'importe quel nombre.

C'est le nombre du divin selon les lettres de la Bible : Jean-Sébastien Bach a su le pratiquer. Nous l'avons souvent médité dans nos recherches.

26 se lit au vide des voyelles de YHWH. Il est, par somme des consonnes, le souffle subtil du trou. Dans la Messe en si, Bach en a fait le nombre d'Et expecto resurrectionem Mortuorum.

Ce nombre est une coïncidence supplémentaire. Tout converge au discret des signes. La mort, comme un retrait, est nécessaire à nos échanges. L'ange est aux portes du tombeau. Tout fossile est une bible. Le creux de la cupule permet la bouche.

J'aime lire que l'ami mort a ses cendres dispersées près d'un site de trilobites. Cessenon sur Orb est presque trop beau nom. Je pense à Coulouma, je pense à Barroubio, je pense au ruisseau de Landeyran, dont me parlaient l'abbé Boulanger et monsieur Deltour. Je pense à Faveyrolles, à Minerve, à Ferrals les Montagnes, à Vélieux où j'ai encore récemment mené des catéchumènes chercher des trilobites. Je voudrais également m'accomplir au vertige subtil des fossiles.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Des fossiles, des tombeaux, et des lignes 15:22 dans Coïncidences , Méthodes

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.