accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Permanence du Marathon des mots »

dimanche, 24 mai 2009

Permanence du Marathon des mots

A Toulouse, depuis plus d'un an, une municipalité de gauche a remplacé l'équipe Moudenc.

Le Marathon des mots se maintient.

Sa prochaine édition s'annonce partout. Des vedettes sont prévues. De l'argent sera dépensé. Des mots seront répandus. Il y aura des bambous sur la place du Capitole. Des édiles seront vus. Tout Toulouse sera concerné.

Voilà du culturel. Un long article du Monde, récemment, vantait la politique en la matière de la nouvelle municipalité.

A l'église des Jacobins, tous les ans, vers le le 1O juin, le choeur et l'orchestre du Lycée Pierre de Fermat donnaient un grand concert. Cela réunissait beaucoup de Toulousains, par delà les étudiants, les professeurs, et les amis divers du Lycée... On venait écouter les prestations d'amateurs de qualité qui s'essayaient à Vivaldi, à Télemann, à Bach, à Schubert, ou à Mozart... C'était un beau moment de convivialité, de bienveillances, et de musique.

Le chef d'orchestre, bénévole et excellent philosophe, avait, comme chaque année, demandé à la Mairie l'autorisation d'utiliser le réfectoire des Jacobins, qui jouxte le lycée Fermat. La date du Concert était fixée au 11 juin. Le maire avait donné par écrit son accord. Tout allait bien. Mais, récemment, tout s'est gâché : Le Marathon des Mots voulait les Jacobins le même soir. C'était pour lui ! La Mairie, interrogée, prétendait qu'on lui avait dit que le concert était annulé. Aucun moyen de négocier. Le Marathon des mots voulait tout les Jacobins. D'ailleurs, c'était à lui. Il était le plus fort. Il disposait des médias.

Les chanteurs et les musiciens du Lycée Fermat, qui devaient chanter Saul de Haendel aux Jacobins, iront où ils pourront. Quand Goliath s'appelle Olivier Poivre d'Arvor, on ne lutte pas.

Ce fait s'ajoute à d'autres.

Le Marathon des mots est un prédateur. La nouvelle Mairie, nulle à lui résister, lui cédant, a gagné des mensonges flatteurs aux bons endroits. Madame Beloubet-Frier, adjointe à la culture, étale ses dents aux côté d'Olivier Poivre d'Arvor. Quelle photo !

Cette municipalité sait admirablement maintenir les chefs d'oeuvre de Jean-Luc Moudenc. Le Marathon des mots perdure, et gonfle. Le Printemps de Septembre a étalé, comme d'habitude, son bric à brac. Les cubes rouges, les cylindres jaunes ou bleus, et les arbres en pot installés par Moudenc au centre-ville, demeurent. Madame Beloubet demandera sans doute leur classement.

Pas de différence réelle, quand il s'agit du culturel, entre la gauche et la droite. L'usine à fêtes fonctionne également. Les artistes sont à vendre. Du public aime le bruit. Le Marathon de mots, dont le titre effraie toute âme sensible, plaît. L'Astrée l'abomine.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Permanence du Marathon des mots 22:42 dans L'époque

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.