accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Une main d'Eugénie de Guérin »

samedi, 10 octobre 2009

Une main d'Eugénie de Guérin

Une main d'Eugénie de Guérin est visible au château du Cayla, où elle fut pleine de sang, dans la première moitié du XIXème siècle.

Ce n'est pas une main d'Eugénie. Ce sont quelques os.

La main de chair, on ne peut même pas se la représenter avec le portrait qu'on voit dans le château du Cayla. Ce portrait est sans mains. Il faut les mains des autres femmes pleines de sang pour se figurer la main d'Eugénie. Venez mains, nombreuses mains, mains de femmes aux cheveux vivants, venez animer pour nous cette main.

Il y a juste quelques os dans la vitrine.

Ces os ont été déterrés du cimetière d'Andillac le 16 juin 1875.

Une main d'Eugénie de Guérin, morte le 31 mai 1848, aura donc passé vingt-six années en terre. C'est peu. C'est suffisant. Elle est devenue ces os. Ces os ont été déterrés. Ils ont, sans doute, été conservés dans des boîtes successives pendant plus d'un siècle. Et maintenant, on les voit dans une boîte, et dans une vitrine, qui fait elle-même partie d'une installation d'artiste.

Les cimetières sont pleins de mains qu'on ne voit pas. Parfois, quand on s'y promène, on rencontre entre les tombes quelques phalanges. J'en ai récolté.

Madame de Maintenon a passé plus d'un siècle dans une caisse, à Saint Cyr, avant de se voir offrir une tombe dans la chapelle du collège militaire. Ses os y sont. On ne les voit pas.

Une main d'Eugénie de Guérin est dans une vitrine au Cayla. Eugénie l'avait employée pour écrire son Journal. Elle écrivait dans ce tout petit château, dont elle ne s'est presque jamais éloignée. Elle écrivait son frère Maurice, elle-même, les journées dans cette campagne du Tarn... De tous les endroits de la maison, rien ne vaut pour moi la chambrette. Le soleil y donne en se levant, le ruisseau passe dessous, et on entend dans son lit les oiseaux qui chantent sur les acacias de sous la fenêtre. C'est là que sont vos lettres, mes livres de prière, Lamartine, les chapelets, sur la table mes encriers. . Et puis ceci : La confession est une expansion de repentir dans l'amour. Et puis cela encore : Je suis fatiguée d'écriture, deux grandes lettres m'ont brisée la main...

.

Les os d'une des mains d'Eugénie se voient dans une vitrine parce qu'elle a tracé des mots qu'on lit encore maintenant. Du siècle à mains dont s'amusait Arthur Rimbaud très peu de phalanges restent visibles. Que sont devenues les mains des marins, des lavandières, les mains des mineurs et des planteurs de pommes de terre ?

Les mains des écrivains paraissent plus précieuses. Nous y tenons. La main d'Eugénie s'expose en vitrine. Nous sentons que les mots sont passés par elle. Cela, à force de culture, nous émeut.

Il a fallu le bombardement de l'Ecole de Saint Cyr pendant la seconde Guerre mondiale pour qu'on trouve la caisse à os de madame de Maintenon. J'ignore pourquoi on a déterré Eugénie de Guérin. Pas de bombardement dans ce coin du Tarn... J'imagine pourtant facilement les raisons qui ont fait garder sa main.

Et l'autre main ?

Cette autre main a sans doute beaucoup aimé la main à mots... Elle l'a souvent caressée.

Cette autre main est peut-être en terre.

Le 30 novembre 1834, la main à mots a inscrit : On m'a raconté d'une malade d'Andillac une chose frappante. Après être tombée en faiblesse et demeurée comme morte pendant seize heures, cette malade a tout à coup ouvert les yeux et s'est mise à dire : "Qui m'a sortie de l'autre monde ? J'y étais entre le ciel et l'enfer, les anges me tirant d'un côté et les démons de l'autre. Dieu ! Que j'ai souffert, et que la vue de l'abîme est effrayante !. Et cette main ensuite a ajouté : Ne peut-on croire que Dieu a mis la main là-dedans ? Qui sait tout ce que voit une âme moribonde ?

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Une main d'Eugénie de Guérin 22:14 dans Littérature , Tombeaux

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.