accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Cupule à tête de bovin (?) »

jeudi, 10 décembre 2009

Cupule à tête de bovin (?)

Isaure Gratacos, dans un récent article de la Revue de Comminges, montre une à figure corniforme, qu'on peut imaginer figurer une tête de bovin. Elle l'aa photographiée au Pla de Béret, vers le Val d'Aran.

Les cupules peuvent donc être des trous dans la roche d'où surgissent des présences animales. Jean Clottes suggère que les peintures des cavernes rendent manifestes de telles présences dans les parois. Il y voit un aspect d'une pratique chamanique. Pourquoi ne pas imaginer que les cupules eurent fonction pareille ? Elles pouvaient aider à rendre visibles des puissances.

Voici quelques jours, vers Carmaux, après la pluie, je visitais des cupules. Le monde s'y réfléchissait. Le ciel est en puissance dans le miroir qu'induit, après la pluie, le moindre trou dans une pierre. Lucrèce l'a fort bien dit :

At coniectus aquae digitum non altior unum,

Qui lapides inter sistit per strata uiarum,

Despectum praebet sub terras inpete tanto,

A terris quantum caeli patet altus hiatus,

Nubila despicere et caelum ut uideare uidere, [et]

Corpora mirande sub terras abdita caelo.

Ariel Suhamy a traduit ces vers du chant IV du De natura rerum :

Mais une flaque d'eau, d'un doigt de profondeur,

Qu'enferment les pavés d'une route de pierre,

Fait plonger le regard aussi loin sous la terre

Que le gouffre est profond du ciel jusqu'à la terre,

Et l'on croit voir en bas les nuages, le ciel,

Les astres enfouis, ô merveille ! sous terre.

Lucrèce évoque une belle illusion : par la flaque d'eau, tous les corps célestes paraissent enfermés sous terre. Poète, il dit notre désir de cette révélation et de cette présence. Une cupule, après la pluie, quand on y penche son visage, manifeste ce mystère.

Les bovins ne sont pas le ciel, malgré la constellation du Taureau. Nous ne prétendons pas reconnaître Aldébaran dans les cupules du Pla de Béret. Cependant, les bergers inscrivirent une image considérable dans les trous qu'ils ont osés.

On rapproche volontiers les cupules des vulves. Jean-Pierre Nizet, dans le Sud-algérien, vient de voir des cupules gravées entre les cuisses de femmes elles-mêmes gravées. Ces cupules habitaient des bouches d'ombre. Dès lors, les triangles prolongés de cornes que présente le Pla de Béret, nous font imaginer des pubis. Depuis cette figure, des femmes entières en nous se dessinent, comme à la Magdeleine ds Albis ou dans d'autres grottes. La femme s'inscrirait donc dans la cupule, alors que la cupule, en Algérie, s'inscrit dans la femme. Ce retournement et cet échange enchantent : la femme peut être pensée taureau-vache, en la cupule, et inversement, car tout y résonne. Vache, ou taureau, masculin ou féminin, en la cupule surgit un visage animal, qui est un corps de femme, mais qui peut contenir un homme. Telle est la naissance : il faut laisser l'initiative aux animaux. De natura rerum...

Il y a plus beau.

Le A majuscule est une tête de taureau retournée. Chacun le sait s'il rêve aux lettres, ou lit l'histoire de l'alphabet. On voit ce A à la cupule du Pla de Béret.

La, le A est en l'O. Le triangle est dans le cercle. L'Alpha est dans l'Oméga.

O, l'oméga, rayon violet de ses yeux...

Voyelles, je dirai quelque jours vos naissances latentes. Encore le de natura rerum...

Les cupules du Pla de Béret indiquent en l'étendue circulaire, forme visible de l'éternité immobile, la présence de l'origine du monde, qui est le A, la vulve, le toro en son trou, ou le taur en son trauc...

Les poètes de l'étoile, de l'animal, et du caillou, sont les bergers. S'ils mènent par les fleurs l'agneau au sacrifice, ils font monter le visage des bêtes des trous qu'ils creusent de leur pensée et de leurs mains. Pour eux, la poésie est une pratique du rêve dans la pierre. Nul besoin de savoir lire : ils écrivent les lettres qui sont les visages des choses. Leur Kabbale est dans l'oeil.

Ce A majuscule dans l'O est le signe de l'Anarchie. On dit qu'il fut inventé pour inscrire en l'idée d'Ordre l'Anarchie, Proudhon ayant affirmé que l'idée que La plus haute perfection de la société se trouve dans lunion de lordre et de lanarchie. Le A majuscule qui tend à éclater en plusieurs directions est intégré dans la perfection calme du cercle.

La cupule du Pla de Béret contiet l'origine du monde. Ses auteurs inconnus, comme tout poète, étaient hors les Etats. La poésie est hors Etat. Elle est, comme l'écrit, Henri Meschonic, contre le maintien de l'ordre. Elle s'installe trou souffleur dans les pierres, qui sont des corps, où se délivre le visage d'un animal. Son anarchie discrète et insistance peuple le Pla de Béret.

Le béret nous fera longtemps méditer.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Cupule à tête de bovin (?) 16:42 dans Archéologie , L'Astrée

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.