accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Un mauvais coup des Lettres classiques »

samedi, 12 décembre 2009

Un mauvais coup des Lettres classiques

Les Lettres classiques sont une exception française. Le monde ne nous l'envie pas.

Peu de chinois ou de danois savent que les professeurs de français, en France, sont de deux sortes : les Lettres classiques et les Lettres modernes. Les Lettres classiques croient que pour enseigner le français il faut impérativement connaître le latin et le grec. Les Lettres modernes en sont beaucoup moins convaincus. Malgré l'énergie des Lettres classiques, les positions de pouvoir qu'ils occupent, et l'argent qu'ils absorbent, les études latines et grecques attirent peu. Leurs U.F.R sont ordinairement dépeuplées. Le niveau d'un bachelier en latin ou en grec, quand il a étudié ces langues, est généralement ridicule.

Il était donc besoin, d'augmenter d'à peu près quinze pour cent le nombre de postes à l'Agrégation de Lettres classiques

Cela est fait.

Bien entendu, le mieux, pour atteindre cet objectif, était de réduire d'environ douze pour cent les postes à l'Agrégation de Lettres modernes. Cela est également fait.

Ainsi, alors que le nombre de postes à l'Agrégation en 2010 est presque stable, et que la plupart des disciplines voient les leurs reconduits, on admire un basculement Lettres modernes/ Lettres classiques.

Les chinois ne s'en doutent pas. Les danois pensent au climat. On ne signale aucun trouble dans les andins. Puisqu'on peut compter sur l'Université littéraire pour colloquer bouche cousue, et sur l'Inspection générale des Lettres pour être dans l'extase, ce petit crime entre faux amis restera impuni.

Quousque tandem ?

Jusqu'à la fin du monde apparemment (2012 ?). Les Lettres classiques en sont convaincus : il faut les défendre. Ne sont-ils pas aux fondements de l'Identité de la France ? Il était urgent d'augmenter le nombre de leurs agrégés. L'avenir est là.

L'intérêt de ce fait minuscule, dont les auteurs sont aussi nains que les personnages que l'on vient de découvrir à Ostie, est de montrer comment un pouvoir sert ses clientèles. Effrayées, elles sont prêtes à divers mauvais coups. Celui-ci, après bien d'autres, déshonore les sectateurs du latin et du grec. Il ne défend nullement les langues anciennes, qui n'ont pas besoin de ces garnements. Un Voltaire en rira.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Un mauvais coup des Lettres classiques 14:21 dans Etudes littéraires

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.