accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Darcos dansant »

mercredi, 10 février 2010

Darcos dansant

Je dois danser maintenant, dût se dire Darcos avant d'enregistrer un clip pour les jeunes de l'U.M.P. La bise, pourtant, n'était pas venue. Darcos n'avait pas besoin, pour subsister, de grain ou de vermisseau. Aucune Fourmi, apparemment, n'était sa voisine.

Cet ancien professeur de Khâgne, docteur récent en Lettres classiques, ex Inspecteur général, auteur de pages sur Tacite, Ovide ou Mérimé, maire déchu de Périgueux, Ministre recalé de l'Education nationale, et présentement Ministre du travail, a accepté, malgré tout, de danser maintenant.

En maintenant quoi ? Telle est une des questions.

Valérie Pécresse, Rama Yade, Rachida Dati, Nadine Morano, Eric Woerth, Eric Besson, et même Jean-Pierre Raffarin l'ont accompagné. M.A.M, Hortefeux, Balladur, Giscard, et Villepin ont su se retenir. Nul n'a sans doute appelé Douste-Blazy. Mais Darcos s'est lancé.

Il faut le considérer dansant. Il faut se repaître de son corps, de sa bouche, de sa chemise, de son bras qui tourne. Il faut mettre les images en boucle. Il faut fixer Darcos, isoler Dacos, imaginer tout Darcos et le voir, le voir encore, et en corps, présence réelle, volontaire et tel.

Je définis la cour un pays où les gens

Sont ce qu'il plaît au maître, ou s'ils ne peuvent l'être,

Tâchent au moins de le paraïtre,

Peuple caméléon, peuple singe du maître;

On dirait qu'un esprit anime mille corps;

C'est bien là que les gens sont de simples ressorts.

Darcos est un ressort spécialement abominable. Les autres accomplissent leur néant d'âme. La Pécresse, la Morano, la Dati, Le Woerth ou le Besson ne trahissent rien. Ils sont également ce qu'ils sont. Mais Darcos est un temple du savoir. Sa vacation farcesque trahit.

Ressort, il est officiellement équipé du kit de la grande culture. Il a acquis par ses lectures, et son long travail, les moyens nécessaires pour être, en principe, selon la tradition, mieux un homme. Il a parcouru les chemins où l'on tente de se connaître et de connaître. Il a pu acquérir la prudence sceptique, le regard critique sur soi, la force d'esprit qui permet de dire, au bout d'une vie, comme Montaigne : quand je danse, je danse.

Quand Darcos danse, il ne danse pas. Il fait figure sous l'oeil du maître pour un spectacle qu'il ne sait pas voir. Ayant atteint aux hauteurs du pouvoir, il tombe sous le coup de l'avertissement de La Fontaine :

Vous ne vous voyez point, vous ne voyez personne.

Darcos ne se voit pas, et il ne voit personne.

Darcos ignore qu'on le voit comme on le voit. Il danse. Il danse dans sa boîte de vanité. Il danse sa danse macabre, maintenant volontairement le spectacle, qui est la Mort, le rire énorme de la Fourmi, qui est moi, regard tueur, qui est nous, qui est tout, et qu'il ne voit pas. Il donne son corps sans s'en rendre compte. Il se livre. Il manifeste ainsi l'impuissance des grands textes, et désespère ceux qui croient que les lettres nécessairement perfectionnent.

Leçon d'Evangile : les savants souvent ne voient rien.

Ce qu'il faut voir, ce qu'il faut absolument voir, en ces premiers temps du XXIème siècle, en France, c'est Darcos dansant. Il faut le voir et méditer. Crise de la culture, effondrement de l'Occident, néant de tout, retrait des forces de l'esprit ? D'abord, il faut voir. Et, pour cela, il faut avoir des yeux et des oreilles.

Mieux vaut vivre naïf, enfant, inculte, bête, et savoir voir Darcos, Darcos dansant, Darcos faisant tourner son bras, que de croire aux vertus immédiates des livres. Darcos déniaise définitif des professeurs, des humanités, et, s'il en était besoin, des Inspecteurs généraux de Lettres classiques. Il exalte, par sa danse, leur néant.

On peut néammoins vouloir Artaud, Montaigne, Bataille et Tacite. On peut admettre que la littérature, et la gent littéraire sont des cochonneries, et les vouloir. On peut, avec âme d'enfant et profondeur biblique, contre les pédants de collège ou de ministère, lire Saint Simon et Proust pour mieux voir Darcos, voir vraiment danser Darcos, exactement, souverainement, et par l'oeil des lettres, tenter, pour soi, de ne pas l'être.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Darcos dansant 17:21 dans

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.