accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Le merveilleux direct »

samedi, 13 février 2010

Le merveilleux direct

Le merveilleux direct est d'évidence. C'est la poésie en acte par les actes, et hors d'ego.

Quand, au début de son Voyage, Cyrano de Bergerac raconte comment son héros, après discussion avec des amis sur la nature de la Lune, trouve, en arrivant chez lui, sur sa table, un livre ouvert à une page où Cardan raconte que deux vieillards qui lui sont apparus à travers les portes fermées de sa chambre lui ont dit venir de la Lune, voilà du merveileux direct, et vieux.

Quand, à la veille de partir pour le désert du Xingyang, en faisant les poubelles vers la place Pinel, Sébastien Lespinasse et moi, nous trouvons un livre sur le Xingyang, voilà du merveilleux direct.

Merveilleux direct, l'apparition d'une taupe face à la grotte de Lourdes, le jour de la pinélisation du bord du Gave.

Encore Merveilleux direct l'apparition d'un mot irradiant le poème, le retournant, multipliant l'enchantement des lettres, d'un coup, sans calcul d'auteur.

Le merveilleux direct ne se raconte pas. Il se vit. On peut, après expérience, tresser des histoires, mais la poésie, comme l'a dit Meschonnic, ne raconte pas d'histoireq. Elle est en avant de l'action, selon Rimbaud. Elle est au vif du merveilleux direct.

Le merveilleux direct est bien la poésie en acte, par les actes, et hors d'ego. Il est l'effet de la coïncidence, préparée par le désir, le cheminement, l'effort accompli, et aussi par l'initiative, laissée, non seulement aux mots, mais aux choses, aux femmes, aux pierres, aux caps, aux poubelles et aux feux cligotants. Adieu aux Narcisses. Le merveilleux direct surgit de l'abandon. Un peu d'angoisse, voire d'ennui, souvent de la répétition, du labour, et d'un coup éclat. Cristal Graal. Explosante fixe.

Je dois l'expression merveilleux direct à une conversation au Florida, place du Capitole, avec Audrey Garcia, qui me parlait de sa passion pour Jean Cocteau, alors que je lui parlais d'Artaud, parce qu'elle est de Rodez, et que je m'étonnais qu'elle n'ait pas préféré Art à Coq.

Elle me glissa le merveilleux direct.

Je fus conquis.

Le merveilleux direct est l'expression que je désirais. Serge Pey parle de poésie directe, de philosophie directe. Direct va droit au sujet. Direct est efficace, sans afféterie, violent, et fait flamme au merveilleux.

Audrey vient de m'adresser la citation précise de Cocteau, extraite des Entretiens autour du cinématograghe : Le merveilleux direct (..) : "c'est lorsque le merveilleux, par un équilibre entre l'imagination et la technique, par une extrême complication préalable, en arrive à être aussi simple que le serait, pour un enfant qui aurait vu fondre du sucre dans l'eau, la surprise de ne pas fondre dans son bain.

La citation complète me déçoit. Je n'aime pas le recours, toujours commode, à l'enfant, quand il s'agit d'un effort adulte pour vivre en actes.

Je n'aime pas la surprise, d'ailleurs faussement enfantine, de ne pas fondre dans son bain. Cette surprise devant le négatif de la négation n'est pas l'éclatant vif du merveilleux direct. Et que fait là cette baignoire ?

Je n'aime pas l'équilibre, ici, ni la simplicité. Le merveilleux direct est foudroiement, immédiateté, mais pas simplicité d'apparence. Il va de soi, mais ce qui va de soi paraît pas toujours simple. Une taupe surgit face à la Vierge. C'est magnifiquement subtil ! les mots éclatent de présence devant moi. Quelle abondance ! Le ciel est par dessus le toit. Et tu n'es pas tu, toi. !

Je n'aime pas que le merveilleux précède l'acte, comme le suggère Cocteau : le merveilleux en arrive à être aussi simple... Non. Le merveileux est l'effet surgissant au piéton de la terre quand son désir, d'un coup, produit rencontres splendides, incompréhensibles, et sans intermédaires, hors tout prêtre et prétexte, et même sans langages, bien qu'en langue.

Le merveilleux direct bouleverse, mais il est préparé, quoique sans projet. Il vient à qui s'abandonne, comme à Dieu, et en sachant que Dieu l'a abandonné, par exemple pour cause de vide. Ensuite, on peut raconter. On peut toujours raconter. On peut raconter quatre fois. On peut raconter quatre millions de fois. Et on le doit. Le merveilleux direct est hors récit, mais il enclenche les récits, qui ont toujours de l'indirect, des églises, des politiques...

Merci Cocteau pour l'expression. Merci Cocteau pour la merveille d'Audrey la disant au Florida. Merci Cocteau pour n'être pas d'accord avec toi, et m'éprouver. Cocteau, je te vole tes mots aux lèvres d'une beauté, et je pars, dès le Coq, au plus tôt, par Artaud, vers les poubelles, les actes, les gaves, les grottes, et la Vierge Marie, dire oui à l'ange.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Le merveilleux direct 19:57 dans Coïncidences

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.