accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Tas »

vendredi, 12 février 2010

Tas

Il prenait congé de lui : Adieu, mon vieux.

Il n'en revenait pas. Il en revenait déjà : Salut. C'est moi.

Adieu, te dis-je.

L'autre rentrait par la parole.

Il prenait la porte. Il prenait ses jambes à tire-fesse. Il prenait la flèche d'arbalète. Il prenait toutes les expressions, mais l'autre maintenait la pression. Coucou c'est moi. Quelle oppression ! Il partait. Il entrait. Il se tricotait. Il se désobstruait. Il n'y avait rien à ajouter. Il était tard. Les ordures ne passeraient pas. Il était tôt. Pas de suceuse ! Il pleuvait. Il tombait des larmes. Il était à toutes les sauces. L'infini proliférait. Et il s'effrayait. Alors, il se prenait en mains. Il se cassait la tête. Il s'époumonait. Il schootait dans ses organes, dans l'âge, mais était toute la mêlée, la balle lui revenait. Rien à essayer. Il était bile, mille, Gille, crinoline, tas d'obsidiennes.

Il prenait congé. J'ai congé disait-il. T'es con disait-elle. Et il habitait encore. Il avait un sexe énorme. Il s'excitait contre les piafs. Il se castrait. Des astres jaillissaient. Il montait à la pêche aux lunes. Il décrochait. Il puait la pisse de millions de chiens. L'Italie l'enguelait. Castres lui faisait fête. Et Mazamet ! Et Cahors... Coqueluche de Tombouctou. On l'adorait à Shangaï, au Monomotapa. Quelle fable ! Quels amis ! Il était à bout. Il bouillait, tout debout, Dressé, langue dressée, face aux foules. Et là. Statue. Pas tué. Pas battu. Toujours têtu, fessu. Fait. Refait.

Adieu congés. Exit l'exil.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Tas 1:30 dans

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.