accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Une nègre »

mercredi, 10 mars 2010

Une nègre

Aujourd'hui, j'ai rencontré une nègre.

C'était dans un château de nombreux siècles. Il y avait des chiens, des chats, de vieux livres, du roman, du gothique, des fenêtres à meneaux, des restaurations récentes, et le tout puant fort les bêtes.

Nous dominions une rivière.

La nègre m'a dit que la nuit, des dames blanches marchaient dans les greniers.

Elle s'était mariée très jeune à un médecin pervers. Elle a divorcé. Elle a vendu des meubles d'antiquaire. Elle a fondé une société de protection des chiens. Elle est passée à la télévision pour cela.

Nous étions trois hommes. Elle était seule dans le château. Nous lui plaisions.

Nous voyions qu'elle avait été une très jolie femme.

Elle nous citait Colette qui écrivait quelque part être parvenue à l'âge où les hommes ne la sifflaient plus.

Je regardais dans la bibliothèque des exemplaires originaux des Mémoires du Général de Gaulle. Je considérais Bécassine chez les Turcs. Je manipulais Vérités du Moment de Maurice Martin du Gard.

Maurice Martin du Gard ?

Je posais des questions directes. Qui ? Comment . Avec qui ? Pourquoi êtes-vous dans ce château ? Et depuis quand ?

Elle parlait. Elle était étonnée d'avoir trois hommes, qu'elle jugeait charmants.

Elle se disait misanthrope. Elle détestait les gens, parce que les gens faisaient du mal aux bêtes. Elle était horrifiée par la corrida. Je lui parlais du philosophe de la rue d'Ulm qui a écrit la Philosophie dela corrida. Elle était indignée.

Je feuilletais les Contes de La Fontaine avec les gravures de Fragonard. Une lumière très blanche venait de la fenêtre. Les chats se prélassaient sur les fauteuils abimés.

Elle avait peur des arabes. Elle était une vieille femme. Des gens lui avaient laissé tellement de chiens !

J'ai été nègre. Oui, nègre. Je ne dirai pas de qui...

Mais comment, quand, où ?

Je vendais des meubles anciens en Provence. J'avais des clients artistes. Je faisais des expositions. Des écrivains venaient. Un jour, l'un d'eux, avec une femme, m'a acheté des meubles. Plus tard, il est revenu avec une autre femme. Elle ne voulait plus des meubles de la précédente. Je lui ai vendu d'autres meubles. J'ai repris les anciens. Puis il est revenu avec une troisième femme. Il n'a pas rapporté les meubles de la deuxième. Il a regardé un texte que j'écrivais, et qui était sur une table. Il m'a proposé de travailler pour lui. Je suis devenue nègre.

La nègre était blonde. Elle nous souriait. Nous lui plaisions. Le château puait le chien et le chat.

On se doute qu'avec des phrases longues, des couleurs, du détail, plusieurs romans seraient possibles.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Une nègre 21:19 dans L'époque

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.