accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Les Ecoles normales supérieures ridicules »

dimanche, 2 mai 2010

Les Ecoles normales supérieures ridicules

Les littéraires, quand ils passent le concours des Ecoles Normales supérieures, composent une dissertation de littérature française.

Un sujet est proposé. Le jury attend que les candidats écrivent, dans une langue correcte, un texte qui réponde aux questions que pose plus ou moins directement le sujet.

Pour la seconde année consécutive, ce sujet contient une erreur.

L'année dernière, c'était à Lyon seulement. Cette année, c'est aussi à Ulm.

L'année dernière, Lyon avait substitué le mot explication au mot multiplication dans une phrase de Jean Starobinski. Cette année le jury, devenu commun, met le mot affectation à la place du mot affection.

Les sujets comportent quelques lignes. Cette année, trois lignes. Le jury était payé pour lire, relire, et relire encore ces trois lignes.

Le jury attend que les candidats lisent précisément ces quelques lignes et tirent des conséquences de leurs détails. La dissertation littéraire est d'abord un exercice de lecture précise et active.

Le jury attend également que les candidats ne se trompent pas, au long des pages qu'ils rédigent, sur les mots qu'ils emploient. Il sanctionnerait toute confusion entre explication et multiplication ou affectation et affection.

L'an passé le jury de Lyon, dont la Présidente de la Société Montesquieu, a décidé que le mot multiplication équivalait au mot explication. La multiplcation de soi, dont parlait Starobinski, signifiait à peu près la même chose que l'explication de soi, que l'on trouvait dans le sujet. Dès lors, il suffisait de corriger les copies en tenant compte de cette modification, et en oubliant que la phrase de Starobinski perdrait sens.

Cette année, le jury est consterné, mais il annonce, sous la plume éthique de Monique Canto-Sperber, qu'il va corriger le sujet (sic) dans les termes qui ont été les siens. Certes, il sait la fausseté d'un de ces termes, mais, comme il est consterné, il faut lui faire confiance.

Le sens général serait conservé.

Personne ne présente sa démission. Le jury devrait rester payé.

On n'annule pas l'épreuve. On ne recommence pas.

Grand silence. L'auteur du Bateau Brume, Doyen de l'Inspection générale, évoque, dans le Monde, les beautés de la ville de Rennes...

Annuler l'épreuve coûterait cher. Ce serait signaler au peuple que des jurys d'Ecoles Normales Supérieures peuvent, chaque année, divaguer sur leur spécialité. Les jurys peuvent attendre la collaboration au silence de quelques ambitieux parmi les professeurs des classes préparatoires. Ils peuvent aussi espérer le silence d'étudiants, surtout soucieux de ne pas devoir repasser une épreuve corrigée par des bouffons. Le jury ment donc en paix : il sait que la chose impossible est de corriger justement à partir d'une citation fausse, et rendue stupide, mais il ment. Il sait aussi qu'en littérature, le sens général ne vaut qu'au jeu des détails, mais il ment.

On pourrait attendre une révolution critique dans les Ecoles Normales supérieures. On pourrait espérer que leurs penseurs s'y lèvent pour autre chose que vendre leur Philosophie de la Corrida, mais ces Ecoles ont des soucis bien bas : elles sauvent leur vanité. La Recherche, qu'elles disent pratiquer, y suppose, apparemment, un complot des masques.

Comme elles trompent, elles se trompent. Et l'on voit leur trompe. Elles sont ridicules.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Les Ecoles normales supérieures ridicules 8:14 dans Etudes littéraires

2 commentaires apparurent (en écrire un autre ?)

  • 1.

    le samedi 8 mai 2010, à 06:02, Laurent Duval [TypeKey Profile Page] écrivait :

    " [...] voila ce qui arrive quand on sacrifie les bibliothécaires de Babel sur le granit des numérisations abusives. On prendra l'ouvrage voisin, mieux indexé, ne différant que d'une phrase de l'original, ou moins". Cette citation, extraite de "Au pays des borgnes", de Louis Georges, a été portée au concours du service des douanes et des contrefaçons d'avril 2018. Les portulans ont vu leur colis anodisé par une seringue de transduction informative en trois longues choisies de matière inflammatoire. And back.

  • 2.

    le jeudi 13 mai 2010, à 13:35, Sébastien [TypeKey Profile Page] écrivait :

    Supérieurement ridicules... !

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.