accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Lettre sur la Princesse de Clèves »

mercredi, 4 août 2010

Lettre sur la Princesse de Clèves

Aujourd'hui, je découvre dans une enveloppe adressée en 1906 à Beaumont de Lomagne, cette lettre importante sur la Princesse de Clèves. Je la publie dans l'Astrée pour méditation.

Paris le 27 octobre 1906

Cher ami

Au temps où monsieur Clémenceau formait son ministère vivait une petite fille qui s'était promis d'être toujours exacte à répondre aux lettres de son ami. Aussi chaque matin est-elle très étonnée de constater qu'elle n'a pas encore tenu sa promesse. Elle se fâche et craint que son ami ne fasse de même ! Mais une aimable carte doublement signée reçue il y a cinq minutes est venue calmer ses terreurs.

Merci de l'analyse demandée. C'est une perfection au point de vue du livre s'entend. Quel pessimisme dans les déductions ! Vous êtes dur et effrayant !!! pour notre époque actuelle. Certes, je trouve la Princesse de Clèves très remarquable. Tant de vertu joint à tant de beauté sont choses dignes de l'admiration universelle. Pourquoi maltraiter nos contemporaines ? J'en connais nombre qui sont de charmantes femmes et qui sont tout autre chose que des chairs vibrantes ! bien loin de l'état de bestialité et de sauvagerie où gratuitement vous nous précipitez avec un entrain... endiablé ! J'affirme qu'il y a encore parmi nous des Princesses de Clèves plus humbles de condition, moins belles sans doute, mais cultivées, sociables et de même vertu. Seulement, vous les ignorez ou feignez de ne les point connaître. Elles-mêmes ne se laisseront pas deviner par modestie peut-être.

Pauvre de vous : que dirai-je des hommes. Si je pouvais oublier un seul instant que vous faites partie de cette phalange qui ne compte pas que des Nemours. Hélas !!!!!!!!!!

J'ai donc lu le livre de madame de Lafayette. Elle a remarquablement peint avec une infinie délicatesse la plus palpitante des situations, un amour violent combattu par le devoir. Ami, vous avez raison. Ce livre est une leçon de haute morale et ne peut que développer et affermir les beaux sentiments d'une âme. Mais ce parfum de vertu, cet océan de beauté recèle un point qui me choque : l'aveu que la Princesse fait à son noble époux de la passion qu'elle ressent pour un autre homme ! Que de franchise ... Un peu moins ne nuirait pas dans l'affaire. Certes, j'apprécie la sincérité, mais j'estime qu'elle a ses limites et qu'elle doit s'arrêter là où commence la souffrance de celui qui en est l'objet.

Vous avez maintenant les quelques reflexions promises. J'espère que vous leur serez favorable. Si vous relevez la moindre erreur, réfutez bien vite. Que votre amicale supériorité daigne remettre mon esprit en droit chemin s'il est égaré dans un sentier de traverse.

Au revoir, ami. Recevez une affectueuse pensée. Soyez très courageux. Beaucoup plus que votre amie. Envoyez lui bientôt un long bavardage qui lui fera tant plaisir.

Une petite amie qui, depuis sa rentrée à Paris, pense au moins deux fois par mois, histoire de s'entraîner.

L. Tissier

Si vous avez encore Georges auprès de vous, embrassez le. Prière d'excuser les petites saletés qui ornent la première page. J'ai eu la paresse de recommencer.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Lettre sur la Princesse de Clèves 18:35 dans Littérature

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.