accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Ricane avec Racine »

dimanche, 26 décembre 2010

Ricane avec Racine

Racine se retourne en ricane.

Racine ricane. Ricane Racine.

C'est idiot naturellement.

Comme entendre nez rond, dans Néron,le monstre naissant, né sang, nez sang, de Britannicus.

Ou dire à Thésée : Taisez vous ! Ce qui aurait sauvé son fils.

Ou juger Titus titubant et Bajazet bas.

Ou s'éjouir d'Arsace ou de Phénice.

Ou s'amuser des Préfaces.

Racine est un tragique. Il est déplacé d'y rire. Quand on vient d'en pleurer, on ne doit pas en rire !

Racine ne ricane pas. Ricane pas Racine.

On ne saurait penser l'auteur par anagramme de son nom.

Personne n'a le droit. Personne n'est le roi.

Or Thésée ne saurait se taire. Thésée parle. De la mer, un monstre né sang sort. Thésée n'est-il pas le roi ? Thésée n'a-t-il pas le droit ?

Racine ricane. Ricane Racine.

En jeux de maux culbute la tragédie.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Ricane avec Racine 23:48 dans Littérature

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.