accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« La Fontaine, l'Agrégation interne et la bêtise »

lundi, 30 janvier 2012

La Fontaine, l'Agrégation interne et la bêtise

L'Agrégation interne de Lettres modernes existe. C'est un concours de l'Education nationale, avec un président du jury, un jury composé d'universitaires, de professeurs de classes préparatoires, d'inspecteurs divers. Ce concours comporte des épreuves dont une dissertation de littérature française sur programme. Dans ce programme, figurent cette année les six premiers livres des Fables de La Fontaine. Voilà le sujet :

"L'expérience par procuration que fait le lecteur de la Fable n'en est pas moins une expérience authentique : La Fontaine en a conscience, lui qui, dans la lignée des idéaux galants, bâtit à son tour une Arcadie grâce aux prestiges de la parole poétique. Tout le problème des rapports entre mensonge et vérité qu'il évoque souvent renvoie en fait à cette double réalité : le monde de la Fable est l'analogon du nôtre, mais rendu plus lisible par la cristallisation des phénomènes en des figures allégoriques à la fois complexes et si semblables à l'homme, et surtout rendu plus euphorique par l'euphémisation d'une réalité souvent amère ou trop cynique."

Emmanuel Bury, L'esthétique de La Fontaine, collection "Esthétique", SEDES, 1996, p. 47

Commentez et éventuellement discutez ces propos en vous appuyant sur des exemples précis et variés.

Devant ce sujet, il y a deux publics. D'une part, les gens qui n'ont pas idée savante de La Fontaine et de l'épreuve de dissertation; de l'autre, les gens qui ont lu un peu précisément les Fables, et qui ont idée de l'exercice demandé.

Pour les premiers, il est probable que les phrases d'Emmanuel Bury sont absconses. Qu'est-ce qu'analogon ? Que veut dire euphémisation ? Qui sait ce qu'est une réalité cynique ? Ces gens auront peine à entendre Arcadie. S'ils prennent un dictionnaire, ils verront mal en quoi les Fables en sont une... Et l'expérience par procuration que fait le lecteur des Fables les laissera sans voix... Ils douteront que Bury dans ce cas sache de quoi La Fontaine a conscience. Dans quel trou d'âme était-il pour le savoir ? Où se terrait Bury ? Ces gens, qui savent quelques fables, douteront que Le Loup et l'Agneau, et La Cigale et la Fourmi soient euphoriques... Ils comprendront mal comment une cristallisation peut rendre lisible. Ils sentiront l'incorrect de l'emploi par Bury d'à la fois.

S'il se rencontre des gens savants en La Fontaine, ils jugeront d'abord affreuses les burissimes phrases, puis pédantes, puis fausses, et ne rendant pas compte des six premiers livres des Fables. Comme ils aiment La Fontaine, et ce qu'il aime, ils ne s'attarderont pas. Ils ont trop horreur des conférences académiques. Ils préfèrent lire, converser, goûter les plaisirs amis du silence et de l'ombre. Ils savent trop qu'en ces lignes tout ce que dit Bury est d'âne.

Les candidats à ce concours furent devant leur sujet comme l'âne de Buridan, qui ne sachant choisir entre un sac d'avoine et un seau d'eau, mourut de faim. Mais dans Bury ici, il n'y a rien à manger. On n'a le choix qu'entre bêtise et bêtise. On meurt à tout coup.

Qui doit-on blâmer ? Bury ou le jury ? Pas Bury. Il a bien le droit d'écrire n'importe quoi, et mal, puisqu'il est universitaire littéraire. Témoin tel ou tel. Et d'ailleurs, il dit parfois vrai, et bien. Tout arrive. Mais le jury représente l'Etat. Il a à choisir entre des candidats. Il répartit des avancements, des salaires. Il est en charge d'illustrer la qualité de la langue et de la pensée. Haro donc sur ce jury.

On peut tenir pour assuré que ses membres rempliront leur estomac pour avoir mis des notes, que nulle protestation publique ne sera formulée, que les spécialistes de La Fontaine resteront coits, qu'Emmanuel Bury, qu'on a déshonoré en étalant la plus bête phrase de son passable livre, fera le mort, que les candidats trembleront, que leurs copies seront chaotiquement méthodiquement classées par des misérables qui ont jugé ces lignes dignes, et bu sans rire la lie.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : La Fontaine, l'Agrégation interne et la bêtise 13:19 dans Etudes littéraires

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.