accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Sauvez les lettres dans les poubelles »

mercredi, 28 mars 2012

Sauvez les lettres dans les poubelles

Comme peu de gens font méthodiquement les poubelles, les conversations portent rarement sur la disparition des lettres.

On ne peut que le regretter.

Les regrets ne changent rien, apparemment, mais c'est une illusion, puisqu'ils sédimentent. On peut supposer qu'ils forment de grands dépôts, et qu'ils s'élèveront un jour au dessus des plaines, comme les falaises calcaires, composées de milliards de milliards de microorganismes apparemment morts pour rien. Regrettons donc. Espérons dans la fossilisation et l'orogénèse.

Force est de constater qu'on n'écrit plus guère ses regrets.

On ne les note plus sur des carnets. On ne les envoie plus à ses amis, à ses voisins, à ses parents. On les garde in pectore, ou dans le disque dur de son ordinateur.

Ne le regrettons pas. Regrettons le. Faisons, en toute hypothèse, les poubelles.

Pour qui les fait régulièrement, comme moi, il ne fait aucun doute que les temps changent. Chaque fois que je me rends, avec Sébastien Lespinasse, la nuit, autour de la place Pinel, pour fouiller les bacs que les citoyens emplissent d’ordures, nous le constatons.

Dans les poubelles, nous ne cherchons pas l’or, les valeurs, les outils, les nourritures, ou les éléments qui nous permettraient de composer une sociologie légèrement décalée. Nous n’y cherchons aucun objet particulier, ni la fortune. Cette activité n’est pourtant pas un jeu vide, un sport, ou une manière d’être original. Par les poubelles, nous nous aventurons, et nous espérons rencontrer de l’intime. Sur les bords de la voie publique, dans les grands bacs en plastique fournis par la municipalité, sous le ciel commun de l’humanité, quelques heures avant le passage des bennes, notre émotion est là. À la profondeur des corps, vivants ou morts, nous préférons parfois les signes des âmes. Nous les trouvons dans les poubelles.

On comprend dès lors notre goût pour les lettres. Rien de plus charmant, de plus pneumatique que de trouver parmi les peluches,les boîtes de pizza, les emballages d’ordinateurs, des lignes d’écriture humaine qui parlent d’amour, d’amitié, de sensation. Quelques photos abandonnées peuvent émouvoir. Quelques vêtements ont parfois la force d’un poème. Il arrive qu’un ourson bouleverse, ou que des touffes de poils innocemment jetées parmi des bouteilles en plastique émerveillent. Mais rien ne nous trouble comme les mots humains.

Nous n’en trouvons plus guère. Depuis plus de dix ans que nous arpentons les poubelles, nous constatons la disparition des lettres. Les dernières vieilles dames qui en écrivaient ont dû mourir. Leurs tiroirs ont été vidés. Les jeunes couples d’informaticiens qui occupent leurs maisons ne produisent plus que des mails ou des textos que leurs poubelles n’accueillent plus, ne présentent plus au monde, pendant ce bref purgatoire, qu’est la poubelle, entre être et néant.

Voici quelques jours, nous avons trouvé peut-être, notre dernière lettre d’amour dans une poubelle. Il existait donc encore un homme qui écrivait à sa belle, qui lui disait son trouble, sa joie de la retrouver, ses ardeurs. Et cet homme a jeté sa lettre.

Nous ne voulons rien savoir de lui. Nous rêvons. Nous nous relisons ses mots. Nous croyons que d’ici longtemps pareille joie ne nous sera plus donnée.

Il faut sauver les lettres.

Un seul moyen : écrivez sur du papier ! Des lettres d’amour si possible. Mais au moins des lettres où parlent vos folies, vos corps, votre regard, vos crimes et vos troubles. Envoyez vous vos lettres les uns aux autres. Pliez les. Faites en des boules Brûlez les à moitié si vous voulez. Déchirez les. Mettez les dans vos poubelles.

Pensez aux anges qui les liront, c’est-à-dire nous. Ou bien aux diables, c’est-à-dire nous. Pensez à nos nuits fiévreuses, à nos extases, à nos larmes. Ne livrez pas tout votre intime aux électrons.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Sauvez les lettres dans les poubelles 21:48 dans

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.