accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Faut-il empoisonner les escargots ? »

mardi, 22 mai 2012

Faut-il empoisonner les escargots ?

Quand je sors, j'ai immédiatement des problèmes philosophiques.

J'aspire au sédimentaire. Pas de tourbillon. Des strates calmes ! Pas d'hameçonnage par une question. Je voudrais que Dieu ne pêche pas à la ligne sur moi, qu'il ne me ferre pas avec un gros ver. Or, je gobe jusqu'aux ecargots.

Parfois, je sédimente comme au fond d'une mer, chez moi, mais mes tripes travaillent. La faim me prend. Je sors.

A peine dehors pour me ravitailler, dans la cour de ma résidence, voici trois jours, j'ai rencontré la dame qui entretient. La pluie venait de s'interrompre. Après quelques mots d'usage sur les avantages pour le jardin, sur un vieux voisin qui perd la tête, sur les virus, la dame de l'entretien m'a montré son citronnier que l'hiver avait tué.

- Je ne laisserai pas les escargots me prendre ce qui reste !

Autour du squelette en bois, je voyais une trentaine de coquilles, chair et bave coulantes.

- Vous les empoisonnez ?

- Je ne vais pas les laisser faire. Ils me mangent tout.

.

Cette dame portugaise cultive, à titre privé, quelques plantes dans le jardin collectif. Nul ne s'en plaint. Elle a des rosiers, du persil, des glaïeuls, un citronnier, désormais mort, des pivoines, quelques tulipes, de la verveine...

J'écoutais cette femme. Je l'approuvais. Il fallait protéger les pousses de l'appétit des gastéropodes. La beauté du lieu et le bonheur de cette persone en dépendaient.

La nuit précédente, pourtant, en revenant d'une promenade, j'avais sauvé de l'écrasement deux ou trois escargots en les plaçant dans les rosiers.

Devais-je le dire ? N'allais-je pas déclencher l'ironie de cette dame, peut-être sa colère, créer une gêne en tout cas ? Mais si je ne parlais pas, j'approuvais le massacre.

Faut-il empoisonner les escargots ?

Dans la nuit, j'avais eu de bonnes raisons pour en sauver deux ou trois. Si je les avais laissés au milieu de la cour, des pieds les auraient écrasés.

En les déplaçant dans les rosiers, ne les avais-je pas livrés au poison ? J'avais peut-être collaboré.

Je m'interrogeais. Le monde, la morale, Dieu tournaient dans ma tête, ferrant, ferrant encore. Devant le citronnier mort et la dame de l'entretien, hameçonné par la question, j'ouvrais la bouche.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Faut-il empoisonner les escargots ? 22:03 dans L'époque

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.