accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Le tombeau de la chaise »

dimanche, 27 mai 2012

Le tombeau de la chaise

L'édification du rectangle funéraire d'Authon, par Giscard, est déjà considérée comme une manifestation remarquable du premier art du second Millénaire.

Nous en avons dit quelques mots sur l'Astrée, ici.

La récente conférence de Denis Favennec à Toulouse a permis de beaux échanges entre spécialistes du Diable, mais aussi de Giscard. Denis Favennec a lancé une hypothèse :

"Il est envisageable" disait-il, "que Giscard nous propose, comme l'affirme Yves le Pestipon, la possibilité d'une tombe. On peut admettre qu'à Authon il ne donne à voir qu'un rectangle planté d'arbres dans lequel nous projetons, par imagination, mémoire et inteligence, la figure de son cadavre, et que ce cadavre en effet manque. Inutile de chercher là un crâne, une touffe de poils, ou une trace d'ADN. Cependant, rien ne démontre que le rectangle d'Authon soit seulement le déploiement formel du vide ostenté par la chaise de 1981 : c'est faire fi de la subtilité du Maître du monopole du coeur. Que Giscard ait renoncé à déposer ses entrailles en terre n'implique pas qu'il se contente d'étaler la mémoire de la chaise en édifiant une grille close à quelques mètres du cimetière d'Authon. Certes, cela seul est déjà beau, mais Giscard peut oser la chaise dans la tombe".

Cette assertion bouleversa les spécialistes réunis près de la place du Capitole.

La chaise serait - ou pourrait être - dans la tombe. Qu'elle n'y fût pas encore n'impliquait pas qu'elle n'y fût pas un jour. Rien n'interdisait de supposer qu'au moment de la résurrection des corps, lorsque les anges de l'Apocalypse auront fait sonner leurs trompettes, ne sorte de la tombe, en lieu et place de Giscard, une chaise, la vraie chaise. Quiconque se refuse à croire à la fin des temps peut admettre que, dans six mille ans, des archéologues, après avoir fouillé le cimetière d'Authon à la recherche des traces d'un tombeau d'importance,parviendront aux vestiges du rectangle, et exhumeront la chaise, qu'ils transporteront dans un musée du temps.

Que la chaise, comme chose, soit dans la tombe, et que nous la regardions sur internet, ici, est un des événements de notre temps. Vrai ou faux, il renouvelle la dernière scène du Cabinet d'amateur de Georges Perec, dont Philippe Vercellotti donne image dans un des tableaux de La suite anagramatique de Letel, que l'on pourra contempler à la Librairie Ombres Blanches.

Malgré la foule des penseurs bavards et des festifs, qui jugent nécessaire de s'intéresser à autre chose, Denis Favennec a osé, vendredi 25 mai, à Toulouse, juste avant de parler de la visibilité du Diable, une hypothèse fascinante : la cause de la tombe - la chaise - est dans la tombe. Nous savions que l'essentiel, comme l'affirme le Petit Prince, est invisible au yeux. Nous savions aussi, comme l'annonce Daniel Arasse, qu'on n'y voit rien. En retournant le crâne de Giscard, nous devinons que l'essentiel fait écran.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Le tombeau de la chaise 11:56 dans Giscard

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.