accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Triple lâcher de Vache qui rit à Bugarach »

lundi, 2 juillet 2012

Triple lâcher de Vache qui rit à Bugarach

La montagne de Bugarach, dans l’Aude, est fameuse pour ses mystères. Le bruit court actuellement qu’elle accueille un vaste garage de soucoupes volantes et que, le jour de la fin du monde, les humains qui se trouveront là pourront "s'ensoucouper" pour voyager vers d’autres mondes.

On raconte que les autochtones ne comptent plus les apparitions d’objets volants non identifiés.

Je ne m’en étonne guère après ce qui m’est arrivé vers le 10 août 2011 au sommet du Bugarach.

J’y étais monté, sans prétendre à rien, avec un petit groupe qui comportait, outre le Pasteur Jean-Pierre Nizet et l’architecte Frédéric Hossey, quelques hommes, des femmes et des enfants que l’on ne saurait suspecter. Nous projetions un pique-nique au haut du Pech.

Là, trois hommes étaient assis autour de trois crânes en cristal. Ils méditaient en émettant un son, comme OMMMMM, OMMMM... Nous ne voulûmes pas les déranger, mais une certaine Hélène décida de faire une photo de notre groupe. Nous nous alignâmes devant l’immense paysage.

Par pitrerie, je pris un couvercle de boîte de Vache qui rit, je le mis comme une auréole au dessus de mon crâne. Le vent l’emporta. Le couvercle vola, voltigea au dessus du vide, et nous le vîmes planer vers le bas de la montagne. Nous constations, de toute évidence, une soucoupe volante.

Cette démonstration inattendue me convainquit de la véracité des récits que l’on m’avait faits. J’en produisis, devant un public, vers février, un exposé à la Cave-Poésie de Toulouse. Il y eut quelques conversions sans doute. J’annonçais, en tout cas, qu’au début juillet 2012, nous procéderions à un nouveau lâcher de boites de Vache qui rit.

Ce 2 juillet 2012, vers 13 heures, nous avons agi. Nous étions trois. Nul doute que plusieurs milliards d’humains eûssent voulu participer, mais ils avaient des courses à faire, un cancer à soigner, un livre à écrire, une banque à attaquer, un champ à cultiver, un ennui à guérir, une femme ou un homme à aimer, la peur au ventre, la peine au cœur, la joie à l’âme, ou des dettes, ou des puces, des enfants, des chats, des voitures en panne, des appartements à vendre, des territoires à conquérir, des marches d’escalier de la tour de Pise à gravir, une mort à terminer, un œuf à cuire, du temps à perdre. Dommage.

Sébastien Lespinasse, Bruno Guittard et moi, nous avons tenu lieu d’humanité au haut du Pech. Notre acte est désormais en ligne, ici. Les interprétations viendront plus tard.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Triple lâcher de <i>Vache qui rit</i> à Bugarach 22:51 dans L'Astrée

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.