accueil présentation contact portfolio ultraprivé mail
L'Astrée L'Astrée événements présentation portfolio Guallino

« Le Neveu de Rameau à Ombres blanches »

lundi, 3 février 2014

Le Neveu de Rameau à Ombres blanches

Dans la série des "Classiques au détail", qui se déroulent depuis quelques mois, à la librairie Ombres Blanches à Toulouse, l'auteur de ces lignes propose un passage du Neveu de Rameau, la première page. Voici l'annonce : Diderot, Le neveu de Rameau, du début jusqu’à «triste ou gai selon les circonstances » (GF, p. 45-47).

Le Neveu de Rameau ne cesse d’étonner, d’interroger, depuis qu’il fut publié, pour la première fois, par Goethe, en allemand, en 1805, soit plus de vingt ans après la mort du philosophe français. Le XIXᵉ siècle découvre cet étrange dialogue philosophique. Le XXᵉ siècle ne cesse de le commenter, de le mettre en scène. Le XXIᵉ siècle y découvre déjà de nouvelles ramifications de sens.

Nous voudrions tenter de lire de très près la première page de ce texte. On y voit le philosophe s’aventurer hors de ses chères études, dans un lieu ouvert, alors douteux - le jardin du Palais-Royal - où déambulent des catins. « Mes pensées, ce sont mes catins » écrit-il avant de dire l’apparition de l’étonnant personnage, plus ou moins bouffon, plus ou moins philosophe, dont l’œuvre porte le nom. Qu’est-ce qui s’engage à la vue des catins, des joueurs, dans un jardin, entre les allées et les lignes ? À nous de lire.

Lectures conseillées :

Diderot, Le Neveu de Rameau, Folio classique, GF ou Folio classique.

Jean Starobinski, Diderot, Un diable de ramage, NRF, 2012.

Yves Le Pestipon | Voir l'article : Le Neveu de Rameau à Ombres blanches 12:22 dans Classiques au détail

Cet article est incommenté. (le commenter ?)

Ici, vous pouvez écrire un nouveau commentaire...

Merci de votre inscription, . Vous pouvez maintenant écrire votre commentaire. (déconnexion)

Ces informations :


Quelques commentaires sur les commentaires

Les adresses e-mails ne sont jamais affichées sur le site.

Les passages à la ligne et sauts de paragraphes sont automatiquement convertis — inutile d'utiliser les tags <p> ou <br/>. De même, les accents, la ponctuation, les apostrophes, etc... sont automatiquement convertis en code HTML.

Créez des liens en utilisant la balise HTML standard <a href="http://mon.url.ici"></a>. Les balises HTML suivantes peuvent être utilisées strong, em, cite, code. Les autres seront détruites.

Site d'Emmanuel Riboulet-Deyris (contact) | MT 3.16 | XHTML 1.0 | CSS
Ce site, hébergé par le très agréable Lost-Oasis, est sous licence Creative Commons.
Syndication : flux RSS 1.0 RSS 2.0 | flux de commentaires XML | Atom XML | L'Astrée remercie Patrick Guallino.